Royal Baby : qui était Louis Mountbatten, qui a inspiré le prénom du troisième enfant de William et Kate Middleton ?

Louis Mountbatten et le prince Charles en uniforme naval lors d\'une visite au Népal en 1975, à l\'occasion du couronnement du roi Birendra. 
Louis Mountbatten et le prince Charles en uniforme naval lors d'une visite au Népal en 1975, à l'occasion du couronnement du roi Birendra.  (ANWAR HUSSEIN / WIREIMAGE / GETTY)

Louis est le quatrième prénom du prince William et le troisième du prince George, son fils aîné. Mais surtout, Lord Louis Mountbatten était l'arrière-grand-oncle de William et le "mentor" du prince Charles.

Après quatre jours de spéculations, le prénom du Royal Baby a finalement été révélé, vendredi 27 avril. Prenant de court les bookmakers britanniques qui misaient plutôt sur Arthur, Albert ou James, le prince William et Kate Middleton ont choisi d'appeler leur troisième enfant Louis Arthur Charles. L'ambassade de France au Royaume-Uni a adressé ses "félicitations" au petit prince pour ce prénom : "Nous sommes enchantés que vous ayez reçu un si joli nom français !"

Louis est le quatrième prénom du prince William et le troisième du prince George, son fils aîné. Mais surtout, Lord Louis Mountbatten était l'arrière-grand-oncle de William et le "mentor" du prince Charles. Un personnage haut en couleur.

Il avait des liens de parenté avec plusieurs familles royales

Né en 1900, Louis Mountbatten, fils du prince Louis de Battenberg et de la princesse Victoria de Hesse, comptait parmi ses ancêtres un nombre impressionnant de têtes couronnées : "II avait Charlemagne pour ancêtre direct ; par le sang ou par alliance, il était uni au Kaiser Guillaume II, au roi Alphonse XIII d'Espagne, à Ferdinand 1er de Roumanie, à Gustave VI de Suède, à Constantin 1er de Grèce, au roi Haakon VII de Norvège et à Alexandre 1er de Yougoslavie", cite pêle-mêle Paris-Match. Il était également l'arrière-petit-fils de la reine Victoria.

Il était très proche du prince Charles

Louis Mountbatten était un modèle pour le jeune prince Charles, comme le montrent plusieurs épisodes de la série The Crown. D'après l'hebdomadaire américain Newsweek, "Mountbatten était exceptionnellement proche de Charles, l'emmenant faire du shopping (...) et l'exhortant à s'ouvrir émotionnellement".

En 1979, il est assassiné par l'Armée républicaine irlandaise (IRA) qui fait exploser une bombe à bord du bateau sur lequel il navigue au large de l'Irlande. D'après L'Express, lorsque le prince Charles "apprend la nouvelle, il s'effondre. Dans son journal, il écrit : 'La vie doit continuer, mais cette après-midi, j'aimerais qu'elle s'arrête'." En 2015, le prince de Galles s'est rendu en Irlande, sur les lieux de l'attentat, où il a rendu hommage à "son mentor", "ce grand-père [qu'il n'a] pas eu".  

Il a planché sur le Débarquement durant la Seconde Guerre mondiale

Comme son père avant lui, Louis Mountbatten a décidé dans ses jeunes années de s'engager dans la Royal Navy, au lendemain de la Première Guerre mondiale. "Doué d'une puissance de travail qui devait toute sa vie épuiser son entourage, il était le plus consciencieux et le plus ambitieux des officiers de marine", relate Paris-Match. En 1941, son navire, le Kelly, est touché par une bombe et coule au large de la Crète. D'après Le Figaro (article abonnés), Lord Mountbatten est alors "le dernier à quitter le bateau". 

Il s'illustre dans de nombreuses missions et Winston Churchill le nomme chef des opérations combinées, avec la mission de préparer des actions dans l'Europe occupée, relate la BBC. Dans ce cadre est réalisé le désastreux débarquement de Dieppe, en août 1942, qui se solde par la mort de 2 000 soldats sur les 8 000 engagés, rappelle France 3. L'opération permettra tout de même aux Alliés de tirer des enseignements en vue du débarquement en Normandie.

Il a négocié l'indépendance de l'Inde  

Nommé vice-roi des Indes en février 1947, Louis Mountbatten a pour mission d'organiser l'indépendance de cette immense colonie britannique de 400 millions d'habitants. Il a alors 47 ans. Le 15 août 1947, il finit par accepter la partition du pays en deux États indépendants : l'Inde et le Pakistan. "En remerciement, la nation qui venait de s'affranchir de trois siècles et demi de joug colonial fit un geste unique dans l'histoire de la décolonisation : elle offrit à celui qui avait brisé ses chaînes de devenir son premier chef d'Etat", relate Paris-Match. Il quitte le pays en 1948, sous les ovations de la foule.