VIDEO. "13h15". Raqqa : "On va aller les chercher chez eux", dit une commandante kurde au combat contre Daech

"Il faut qu’ils sachent qu’à chaque attaque, on leur fera deux fois pire", affirme Diljin en parlant de l’organisation Etat islamique. La commandante kurde est ce jour-là sur les rives de l’Euphrate avec ses hommes. Son objectif est le "dernier bastion" de Daech avant la ville de Raqqa… Extrait du magazine "13h15" (première diffusion février 2017).

"C’est le barrage de l’Euphrate… On s’est battus une semaine pour arriver ici. Cela a été dur. C’est un endroit très stratégique. Et si tu veux entrer à Raqqa, c’est par là", explique Diljin en février 2017. Elle est à la tête de combattants kurdes laïques qui luttent pour libérer la capitale de l’organisation de l’Etat islamique.

Un char canarde la position de Daech sur l’autre rive du fleuve où l’organisation jihadiste a son camp d’entraînement. "Il faut que tu vérifies bien la trajectoire du prochain tir", ordonne la commandante à l’un de ses hommes. "Ils y ont leurs écoles d’idéologie. C’est leur place forte, leur dernier bastion", précise la jeune femme.

"On leur fera deux fois pire"

"Il faut qu’ils sachent qu’à chaque attaque, on leur fera deux fois pire", affirme Diljin un foulard blanc et noir passé autour du cou. Pour compliquer la reconquête de la ville, les hommes de Daech ont creusé des dizaines de tunnels sur les deux rives du barrage. Diljin doit la sécuriser, car les jihadistes les ont empruntés la veille pour les attaquer.

"Ils se cachaient là et nous observaient. Avec ces tunnels, ils peuvent se déplacer sans se faire repérer. Ils les utilisent très bien", explique la commande kurde au bord d’un trou d’accès, avant que l’un de ses hommes jette une grenade à l’intérieur. "On va aller les chercher chez eux. Ça va être difficile, mais on va arriver à prendre Raqqa", affirme la commandante juchée sur un char.

Vous êtes à nouveau en ligne