Une adolescente en fugue vers la Syrie recherchée dans le sud de la France

Assia, une adolescente de 15 ans, est partie de chez elle, à Villefontaine (Isère), le 30 septembre 2014. 
Assia, une adolescente de 15 ans, est partie de chez elle, à Villefontaine (Isère), le 30 septembre 2014.  ( MAXPPP)

Elle a quitté son domicile familiale à Villefontaine (Isère) pour rejoindre la Syrie et "faire le jihad", selon le parquet de Vienne. 

C'est grâce au compte Facebook de la jeune fille que les enquêteurs ont compris les raisons de sa disparition. Une adolescente de quinze ans et demi, suspectée d'avoir fugué de son domicile familial à Villefontaine (Isère) pour rejoindre la Syrie et "faire le jihad", est recherchée depuis mardi 30 septembre, annonce, jeudi 2 octobre, le parquet de Vienne. C'est déjà de Villefontaine qu'une famille recomposée avait quitté la France pour rejoindre la Syrie, en août. Le parquet ne fait aucun lien entre les deux affaires.

Ce dernier a ouvert une enquête pour "disparition inquiétante" et lancé un appel à témoins. "Nous sommes à la recherche d'une jeune fille d'une quinzaine d'années qui a fugué depuis quarante-huit heures. Nous avons toutes les raisons de penser qu'elle a eu pour motivation de se rendre en Syrie pour faire le jihad", a déclaré le procureur de la République à Vienne, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Elle pourrait se trouver dans la région de Marseille

Sur le compte Facebook de la jeune fille, qu'elle utilisait sous un pseudonyme, "les messages qui y figuraient étaient univoques et démontraient qu'elle avait des vélléités de fugue depuis plusieurs semaines, avec la perspective de quitter le territoire national pour aller faire le jihad", a ajouté le magistrat.

Selon le parquet, qui avance un "faisceau d'indices" et la localisation d'un retrait d'argent grâce à une carte bancaire appartenant à la famille, l'adolescente pourrait se trouver actuellement dans le sud de la France, particulièrement "la région de Marseille". "Tous les moyens en notre possession ont été mis en œuvre pour éviter qu'elle ne quitte le territoire national et qu'elle soit, au pire, bloquée aux différentes frontières du pays", a souligné le procureur.

Vous êtes à nouveau en ligne