Syrie : près de 140 000 personnes déplacées par les combats dans le nord-ouest depuis février

De la fumée s\'échappe après un bombardement à Maaret al-Numan (Syrie), le 1er mai 2019.
De la fumée s'échappe après un bombardement à Maaret al-Numan (Syrie), le 1er mai 2019. (OMAR HAJ KADOUR / AFP)

Le pilonnage de cette province a fait des dizaines de morts, poussant les civils à fuir pour trouver refuge dans des camps de déplacés.

Le régime de Bachar al-Assad, mais aussi son allié russe, y pilonnent un bastion jihadiste. Près de 140 000 personnes ont été déplacées depuis février par les combats dans le nord-ouest de la Syrie, a annoncé mercredi 1er mai l'ONU.

"Depuis février, plus de 138 500 femmes, enfants et hommes ont été déplacés du nord de la province de Hama et du sud d'Idleb", a précisé un porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), David Swanson. Rien que pour le mois d'avril, plus de 32 500 personnes ont quitté leurs foyers dans les gouvernorats d'Alep, d'Idleb et de Hama, a-t-il ajouté.

Des bombardements intensifiés

Contrôlés par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham, une ex-branche d'Al-Qaïda, la province d'Idleb et les territoires insurgés attenants échappent toujours au régime, qui a intensifié ces derniers mois ses bombardements. Le pilonnage de cette province, mais aussi de territoires dans les régions voisines de Hama et Alep, a fait des dizaines de morts, poussant les civils à fuir pour trouver notamment refuge dans des camps de déplacés surpeuplés près de la frontière avec la Turquie.

Vous êtes à nouveau en ligne