Syrie. Pour Assad, remporter la guerre est une simple question de temps

Le président syrien Bachar Al-Assad lors d\'une interview sur la chaîne privée pro-régime Ad-Dounia, diffusée le 29 août 2012 (capture d\'écran).
Le président syrien Bachar Al-Assad lors d'une interview sur la chaîne privée pro-régime Ad-Dounia, diffusée le 29 août 2012 (capture d'écran). (ADDOUNIA TV / AFP)

Le président syrien a accordé un entretien à une chaîne privée pro-régime.

SYRIE - "Je peux résumer [la situation] en une phrase : nous progressons, la situation sur le terrain est meilleure mais nous n'avons pas encore gagné, cela nécessite encore du temps." Dix-sept mois après le début du conflit, le président syrien Bachar Al-Assad se montre intraitable et résolu à gagner la guerre face à la rébellion, dans des extraits d'un entretien accordé à la chaîne privée pro-régime Ad-Dounia diffusés mercredi 29 août.

Il a aussi écarté la création d'une zone-tampon en Syrie pour accueillir les réfugiés, qui doit être à l'ordre du jour d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU jeudi à New York. "Parler de zones tampons n'est premièrement pas sur la table, deuxièmement c'est [une idée] irréaliste même pour les Etats hostiles et ennemis de la Syrie."

Les défections ? De "l'auto-nettoyage de l'Etat"

Al-Assad a même été jusqu'à railler les défections de hauts responsables politiques et militaires. "Les gens patriotes et les gens bien ne s'enfuient pas, ne quittent pas la patrie. Finalement, cette opération [de défection] est positive, c'est une opération d'auto-nettoyage de l'Etat premièrement et de la nation en général", a-t-il lancé, écartant toute idée de quitter le pouvoir comme cela lui a été demandé.

Ad-Dounia ne précise pas quand cette interview a été accordée. Mais les interventions de Bachar Al-Assad sont rares depuis le début de la révolte. L'entretien doit être diffusé in extenso dans la soirée.

Vous êtes à nouveau en ligne