Syrie : plus d'un millier de civils tués dans les raids russes en quatre mois

Un bombardement russe sur Aza (Syrie) aurait tué au moins six civils, le 25 décembre 2015.
Un bombardement russe sur Aza (Syrie) aurait tué au moins six civils, le 25 décembre 2015. (MOHAMAD MOSTAFA / CITIZENSIDE.COM / AFP)

Au total, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les frappes russes ont fait plus de 3 000 personnes, dont de nombreux civils.

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme, plus d'un millier de civils dont 238 enfants ont péri depuis le début de l'intervention russe, fin septembre 2015, contre les régions rebelles en Syrie. "Depuis le 30 septembre, les frappes aériennes russes ont fait 3 049 morts, dont 1 015 civils, parmi lesquels 238 enfants et 137 femmes", a indiqué l'OSDH dans un communiqué, mercredi 20 janvier.

Les deux tiers des victimes sont des combattants, dont 1 141 rebelles et jihadistes du Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, et 893 membres du groupe Etat islamique, a précisé cette organisation qui compte un large réseau d'informateurs à travers la Syrie.

Des frappes "aveugles" selon Washington

La Russie, allié-clé du régime de Bachar Al-Assad, affirme viser l'Etat islamique et d'autres groupes "terroristes" opposés au pouvoir. Mais les Occidentaux et les militants antirégime l'accusent de concentrer ses bombardements sur des rebelles qualifiés de "modérés". Washington avait affirmé mardi que des centaines de civils avaient été tués par des frappes aériennes russes "aveugles".

Le 23 décembre, Amnesty International avait avancé des accusations similaires, estimant que des raids menés contre des zones résidentielles pouvaient "constituer des crimes de guerre". Le ministère de la Défense russe avait alors dénoncé des accusations "fausses" et "sans preuves".