Syrie : le travail des humanitaires est "extrêmement compliqué et difficile à vivre"

Attaque d\'un convoi à Alep le 20 septembre 2016
Attaque d'un convoi à Alep le 20 septembre 2016 (AHMAD HASAN / ANADOLU AGENCY)

Quatre membres syriens de l'ONG UOSSM ont été tués dans un raid aérien près d'Alep. Vice-président de cette ONG basée en France, le docteur Oubaida al Moufti a rappelé qu'il a "des collègues qui ont été obligés de prendre des décisions difficiles".

Dans la nuit de lundi à mardi 20 septembre, quatre membres syriens de l'ONG UOSSM ont été tués dans un raid aérien près d'Alep. Le docteur Oubaida al Moufti, vice-président de l'Union des Organisations de Secours et Soins Médicaux (UOSSM), a décrit, sur franceinfo, les conditions de travail extrêmement compliqué des humanitaires en Syrie.

"Il y a des collègues qui ont été obligés de prendre des décisions difficiles. Quand ils reçoivent un enfant avec une blessure au bras, ils savent très bien que s'ils avaient plus de moyens et des meilleures conditions de travail, ils pourraient sauver son bras. Mais ils n'ont pas tout ça donc ils sont obligés de prendre la décision d'amputer pour sauver sa vie. Ce sont des moments extrêmement difficiles dans la vie d'un médecin", a expliqué le docteur Oubaida al Moufti.

L'UOSSM est une ONG basée en France qui coordonne le travail humanitaire en Syrie.