Syrie : la nouvelle Coalition de l'opposition syrienne aura un ambassadeur en France

François Hollande et Ahmed Moaz al-Khatib, le chef de la nouvelle Coalition de l\'opposition syrienne, le 17 novembre 2012 à l\'Elysée.
François Hollande et Ahmed Moaz al-Khatib, le chef de la nouvelle Coalition de l'opposition syrienne, le 17 novembre 2012 à l'Elysée. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

François Hollande a également estimé que toutes les minorités qui composent la Syrie devront faire partie du gouvernement que s'apprête à former la coalition. 

SYRIE - C'est François Hollande qui l'annoncé, samedi 17 novembre, à l'issue de son entretien à l'Elysée avec Ahmad Moaz al-Khatib, le chef de la nouvelle coalition de l'opposition syrienne : la France va accueillir à Paris un "ambassadeur" de cette nouvelle entité.

Après l'avoir officiellement reconnue, mardi 13 novembre, le président a donc confirmé les liens diplomatiques entre la France et les opposants à Bachar Al-Assad. "Il y aura un ambassadeur de la Syrie en France désigné par le président de la Coalition", a-t-il déclaré. Il a également promis de poursuivre "son travail de persuasion" auprès des pays européens et de l'Union européenne, plus réticents à l'encontre de cette alliance formée dans la douleur.

Francetv info

Et d'ajouter que le futur gouvernement que cette coalition devait former comprendrait "toutes les composantes de la Syrie", notamment des "chrétiens et alaouites". Son chef, Ahmad Moaz al-Khatib, a affirmé de son côté ne voir aucun obstacle à la formation d'un gouvernement de transition. "Il n'y a pas de problème. La Coalition existe et nous allons lancer un appel à candidatures pour former un gouvernement de technocrates qui travaillera jusqu'à la chute du régime", a-t-il assuré.

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne