Syrie : l'ONU confirme un accord humanitaire à Homs

Un homme patiente dans une rue de Homs, au centre de la Syrie, le 31 janvier 2014.
Un homme patiente dans une rue de Homs, au centre de la Syrie, le 31 janvier 2014. (MOHAMAD ABU HAMZA / AFP)

Les Nations unies ont évoqué une "pause humanitaire" pour que les civils bloqués dans la ville assiégée puissent sortir. Quelque 2500 habitants vont pouvoir recevoir des médicaments et de la nourriture.

La ville syrienne de Homs va peut-être pouvoir souffler. L'ONU a confirmé, jeudi 6 février, qu'un compromis avait été trouvé pour évacuer les habitants bloqués dans la cité assiégée, et permettre l'entrée d'aide humanitaire.

Les quartiers tenus par les rebelles sont cernés depuis juin 2012 par les forces du régime de Damas, qui les bombardent régulièrement. Des milliers de Syriens y vivent dans des conditions épouvantables, selon des témoignages d'habitants, corroborés par des ONG. Les Nations unies indiquent que cet accord avec le gouvernement syrien "va permettre de fournir une aide vitale à quelque 2 500 civils".

Les agences humanitaires prêtes à intervenir

Un porte-parole de l'ONU a rappelé que de la nourriture et du matériel étaient déjà en place aux abords de Homs en prévision de cet accord, et que les agences humanitaires étaient "prêtes à intervenir". Si cet accord entre en vigueur, il s'agira du premier geste humanitaire du régime depuis la fin du premier round de négociations, tenu fin janvier à Genève (Suisse) avec l'opposition, sous l'égide l'ONU.

Selon les Nations unies, la patronne des opérations humanitaires de l'ONU, Valérie Amos, réclame toujours un "accès sans entraves, sûr et continu" aux 3 millions de civils bloqués par les combats dans toute la Syrie.

Vous êtes à nouveau en ligne