Syrie : l'erreur de la coalition internationale fragilise encore plus la trêve

FRANCE 2

Des frappes aériennes ont touché l'armée syrienne alors qu'elles entendaient viser les forces de Daech. Moscou accuse par ailleurs les rebelles de préparer une offensive.

À Deir Ezzor, à l'est de la Syrie, les combats se poursuivent encore ce dimanche 18 septembre entre l'armée syrienne et le groupe États islamique, qui contrôle la quasi-totalité de la ville. Hier, ce sont ici que des avions américains et australiens ont bombardé par erreur les forces syriennes. Au moins 90 soldats auraient été tués. Les États-Unis pensaient viser le groupe État islamique, et l'empêcher de s'emparer de la zone de l'aéroport, contrôlée par le régime de Damas.

Tensions aux Nations Unies

Depuis samedi, cartes à l'appui, les généraux russes qui soutiennent en Syrie le régime de Bachar Al-Assad, dénoncent cette bavure américaine. La tension est d'ailleurs montée d'un cran hier soir, au Conseil de sécurité de l'ONU, lors d'une réunion réclamée par Moscou. L'ambassadeur russe a parlé d'une "provocation américaine pour torpiller le cessez-le-feu". Après des excuses pour cette erreur dramatique, son homologue des États-Unis a rétorqué que la Russie faisait "du moralisme" à travers cette réunion, "une mise en scène cynique et hypocrite".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne