Juppé: "Il faudrait passer à une nouvelle étape" en Syrie si la mission Annan échoue

APTN

Alain Juppé, le ministre des Affaires étrangères, a reçu mercredi 25 avril des opposantes syriennes. "Les choses ne se passent pas bien, le plan Annan est fortement compromis", a-t-il déclaré devant la presse à l'issue de la réunion.

Alain Juppé, le ministre des Affaires étrangères, a reçu mercredi 25 avril des opposantes syriennes à Paris. "Les choses ne se passent pas bien, le plan Annan est fortement compromis", a-t-il déclaré devant la presse à l'issue de la réunion. La France multiplie les pressions pour que les 300 observateurs de l'ONU sur le terrain soit déployée "sous quinzaine et pas dans trois mois", a-t-il ajouté.

Le prochain rapport de Kofi Annan le 5 mai au Conseil de sécurité représentera "un moment de vérité" car si la mission de l'ONU "ne fonctionne pas, on ne peut pas continuer à se laisser défier par le régime en place". "Il faudrait donc, à ce moment-là, passer à une autre étape que nous avons déjà commencé à évoquer avec nos partenaires, sous chapitre 7 de la charte des Nations unies, pour franchir un nouveau pas dans l'arrêt de cette tragédie", a précisé Alain Juppé.

Vous êtes à nouveau en ligne