Les observateurs de l'ONU suspendent leur mission en Syrie

Des observateurs de l\'ONU prennent des photos après un attentat-suicide à Damas, en Syrie, le 14 juin 2012.
Des observateurs de l'ONU prennent des photos après un attentat-suicide à Damas, en Syrie, le 14 juin 2012. (LOUAI BESHARA / AFP)

SYRIE - Leur responsable, le général Robert Mood, a justifié cette décision samedi par l'escalade des violences dans le pays.

Les observateurs de l'ONU suspendent leur mission en Syrie, a annoncé leur responsable, le général Robert Mood, samedi 16 juin. Motif invoqué : l'escalade des violences dans le pays, qui ont fait encore au moins 36 morts ces dernières heures.

Les 300 observateurs étaient arrivés à la mi-avril pour surveiller un cessez-le-feu approuvé par le régime comme par l'opposition dans le cadre du plan de sortie de crise de l'émissaire international Kofi Annan, mais complètement ignoré.

3 353 morts depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu

Selon un bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) datant de jeudi, les opérations de répression et les combats entre armée et rebelles ont fait au moins 3 353 morts depuis le 12 avril, date d'entrée en vigueur officielle du cessez-le-feu, dont les deux tiers au cours du dernier mois.

Les observateurs ont plusieurs fois rapporté avoir été empêchés de se rendre sur un site qu'ils souhaitaient voir, et avoir même parfois été pris pour cible.

"En raison de l'intensification de la violence armée ces dix derniers jours (...) et des risques encourus, la mission des observateurs de l'ONU (UNSMIS) suspend ses activités. Les observateurs arrêteront de patrouiller jusqu'à nouvel ordre", indique le général Mood dans un communiqué. "Les activités reprendront quand la situation" le permettra.

Des familles encerclées et bombardées à Homs

Cette décision intervient alors qu'un millier de familles sont actuellement encerclées et bombardées à Homs. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), basé en Grande-Bretagne, a exhorté le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon à intervenir "immédiatement" pour faire cesser ces bombardements.

Le dossier syrien doit être au menu, la semaine prochaine en marge du G20, des entretiens du président américain Barack Obama avec ses homologues russe Vladimir Poutine et chinois Hu Jintao, alliés de Damas qui bloquent toute action contre le régime de Damas au Conseil de sécurité de l'ONU.

 

Vous êtes à nouveau en ligne