La Syrie rejette la proposition de la Ligue arabe sur le départ d'Al-Assad

La Ligue arabe presse Bachar Al-Assad de quitter le pouvoir en échange d\'une sortie \"sûre\".
La Ligue arabe presse Bachar Al-Assad de quitter le pouvoir en échange d'une sortie "sûre". (LOUAI BESHARA / AFP)

SYRIE - Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe ont exhorté le président syrien à quitter le pouvoir en échange d'une "sortie sûre" du pays.

Une fin de non-recevoir. La Syrie a rejeté lundi 23 juillet la proposition de la Ligue arabe d'un départ négocié du président Bachar Al-Assad et de sa famille. "Nous sommes désolés que la Ligue arabe se soit abaissée à ce niveau envers un pays membre de cette institution. Cette décision revient au peuple syrien, qui est le seul maître de son sort", a réagi à Damas le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères, Jihad Makdessi.

Au terme d'une réunion à Doha (Qatar), les ministres des Affaires étrangères des pays de la Ligue arabe ont proposé à Bachar Al-Assad de renoncer au pouvoir et de quitter le pays avec sa famille "pour mettre fin à l'effusion de sang", en échange d'"une sortie sûre du pays". Cette proposition intervient alors que l'armée syrienne, appuyée par des chars, a lancé dimanche des offensives pour reprendre des quartiers de Damas et d'Alep (nord) au lendemain de succès des rebelles en Syrie.

Les rebelles appelés à former un gouvernement de transition

D'après le Premier ministre du Qatar, Cheikh Hamad Ben Jassam Al-Thani, les ministres de la Ligue arabe ont notamment appelé l'opposition et l'Armé syrienne libre (ASL), composée de déserteurs et de civils armés, à mettre en place un gouvernement de transition.

Il devra "favoriser une transition pacifique""rassembler les forces de l'opposition en Syrie et à l'étranger" ainsi que "l'autorité nationale de facto".

Aides aux réfugiés syriens

La Ligue arabe a par ailleurs décidé d'allouer une aide de 100 millions de dollars (82,2 millions d'euros) aux réfugiés syriens. Les membres de l'organisation vont en outre demander une réunion extraordinaire de l'Assemblée générale de l'ONU pour la création en Syrie de "zones de sécurité" et "des couloirs humanitaires" notamment.

Ils ont aussi appelé l'ONU à modifier le mandat de son émissaire en Syrie, Kofi Annan, pour que sa mission soit axée sur le départ de Bachar Al-Assad et une transition pacifique du pouvoir.

La Ligue arabe prête à convaincre la Chine et la Russie

Le Premier ministre du Qatar et le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil Al-Arabi sont chargés de se rendre à Moscou et Pékin afin d'exposer les conclusions de la réunion de Doha aux dirigeants russes et chinois.

Ces deux pays ont usé de leur veto au Conseil de sécurité de l'ONU à trois reprises afin de bloquer des résolutions prévoyant des sanctions contre le régime de Bachar Al-Assad, notamment après l'attentat de mercredi 18 juillet, qui a tué quatre hauts responsables syriens de la sécurité en plein cœur de Damas.

Vous êtes à nouveau en ligne