Syrie : les bombardements font plus de 400 000 déplacés en trois mois dans le nord-ouest du pays

Des membres de la défense civile après un bombardement à Kafar Roma, sur le district d\'Idleb (Syrie), le 25 juillet 2019.
Des membres de la défense civile après un bombardement à Kafar Roma, sur le district d'Idleb (Syrie), le 25 juillet 2019. (IZEDDIN IDILBI / ANADOLU AGENCY / AFP)

Cette province syrienne est contrôlée par des jihadistes et des rebelles. Elle est pilonnée quasi-quotidiennement depuis fin avril.

C'est un bilan effectué après trois mois de violences. Plus de 400 000 personnes ont été déplacées dans le nord-ouest de la Syrie, où la province d'Idleb et ses environs dominés par les jihadistes sont la cible de bombardements du régime et de son allié russe, a annoncé l'ONU, vendredi 26 juillet. Par ailleurs, plus de 730 civils, dont plus de 180 enfants, ont été tués.

La province d'Idleb qui échappe au pouvoir de Bachar Al-Assad est contrôlée en grande partie par les jihadistes. D'autres factions rebelles y sont présentes. Soutenu par l'aviation russe, le régime pilonne quasi-quotidiennement depuis fin avril cette province, ainsi que les zones adjacentes dans les provinces limitrophes d'Alep, de Hama et de Lattaquié.

Près de la moitié des trois millions d'habitants d'Idleb et de sa région sont déjà des déplacés. Ils ont fui par le passé les combats dans d'autres zones de la Syrie en guerre ou ayant refusé de rester dans des localités rebelles reconquises par le régime.

Vous êtes à nouveau en ligne