DIRECT. Syrie : le Conseil de sécurité de l'ONU vote à l'unanimité l'envoi d'observateurs à Alep

Un bus destiné à évacuer des civils traverse un quartier du sud d\'Alep contrôlé par le gouvernement, le 18 décembre 2016.
Un bus destiné à évacuer des civils traverse un quartier du sud d'Alep contrôlé par le gouvernement, le 18 décembre 2016. (GEORGE OURFALIAN / AFP)

Plus de 5 000 personnes ont pu quitter lundi le secteur rebelle assiégé d'Alep avant le vote de cette résolution de l'ONU qui pourrait permettre de superviser ces évacuations. 

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est prononcé à l'unanimité, lundi 19 décembre, sur un nouveau projet de résolution visant à garantir le bon déroulement des évacuations des civils et rebelles des quartiers est d'Alep. Plus de 5 000 personnes ont pu quitter Alep-Est, lundi, dans une nouvelle opération d'évacuation des habitants de cette zone rebelle assiégée par le régime, a indiqué à l'AFP un responsable médical.

Au moins 7 000 personnes à évacuer. Au total, depuis le début jeudi des évacuations du réduit rebelle dans cette deuxième ville de Syrie, au moins 14 000, dont 4 000 insurgés, ont pu quitter le secteur à bord de bus en direction d'autres zones rebelles dans le nord du pays, d'après les estimations de l'Observatoire syrien des droits de l'homme. Il reste au moins 7 000 personnes dans la poche rebelle Alep-Est, secteur totalement ravagé par quatre ans de guerre entre insurgés et régime de Bachar Al-Assad qui l'a finalement reconquis quasi-totalement après une violente offensive d'un mois depuis le 15 novembre.

Un compromis a été trouvé. A l'issue de longues consultations à huis clos dimanche à New York, les 15 membres du Conseil de sécurité sont parvenus à un compromis pour amender un texte présenté par la France et menacé de veto par la Russie. L'ambassadeur russe Vitali Tchourkine a estimé qu'il s'agissait "d'un bon texte" et précisé que le vote aurait lieu à 9 heures locales (15 heures à Paris). L'ambassadrice américaine Samantha Power s'attendait à un "vote unanime".

L'ONU devrait déployer du personnel supplémentaire. Selon la dernière mouture du projet, obtenue par l'AFP, il "demande à l'ONU et à d'autres institutions pertinentes de superviser de manière adéquate et neutre et de surveiller directement les évacuations des quartiers est d'Alep". Les Nations unies devront pour cela "déployer du personnel supplémentaire". Si elle est adoptée lundi, la résolution devrait permettre d'organiser "une évacuation dans la dignité et la sécurité, un accès humanitaire et de mettre réellement l'accent sur la protection" des civils.

Vous êtes à nouveau en ligne