DIRECT. Syrie : l'évacuation des rebelles se prépare, assure Moscou

Un homme circule dans les rues ravagées d\'Alep-Est, le 13 décembre 2016, en Syrie. 
Un homme circule dans les rues ravagées d'Alep-Est, le 13 décembre 2016, en Syrie.  (TIMUR ABDULLAEV / NEWSTEAM / AFP)

Selon Médecins du monde, "environ 100 000 personnes sont encore piégées" dans Alep-Est. 

La trêve n'a pas duré en Syrie. Les raids aériens et les violents bombardements ont repris à Alep, mercredi, semant la panique parmi les habitants et rebelles de la deuxième ville syrienne qui n'ont toujours pas été évacués, jeudi 15 décembre. Mais cela semble se préciser. Selon Moscou, l'armée syrienne est en train de préparer l'évacuation des derniers rebelles d'Alep. 

Des préparatifs pour évacuer les rebelles. "Un accord a été trouvé pour faire sortir les rebelles", a annoncé un haut responsable militaire syrien. Les préparatifs sont en cours, assure de son côté l'armée russe. "L'évacuation des rebelles se fera à bord de 20 bus et de 10 ambulances qui emprunteront un corridor spécial en direction d'Idleb", dans le nord-ouest de la Syrie, indique l'armée russe.

Vers une évacuation des civils ? De son côté, un responsable rebelle évoque des préparatifs en cours autour de l'évacuation de blessés et de civils. Cette évacuation de civils n'a pas été confirmée par le haut responsable militaire syrien. Selon le chef d'une unité de médecins et de volontaires, quelque 200 personnes doivent être évacuées dans ce premier contingent. Les gens "sont en train de monter dans les bus", assure-t-il. 

La Syrie au menu du sommet européen de Bruxelles. Hasard du calendrier, les 28 se retrouvent, jeudi, à Bruxelles, pour le dernier sommet européen de l'année. Il s'annonce sous tension car les Européens devraient évoquer l'intervention de Moscou en Syrie. Or, il n'y a "pas de consensus qui émerge sur des sanctions liées à la Syrie", affirme un diplomate européen. Brita Hagi Hassan, président du Conseil local d'Alep, sera présent et devrait prendre la parole devant le Conseil européen.

23h02 : Dans un communiqué diffusé dans la soirée, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui participe aux opérations d'évacuation à Alep, a déclaré qu'environ 3 000 civils et plus de 40 blessés, dont des enfants, avaient été évacués de la dernière enclave tenue par les rebelles syriens à Alep.

22h41 : L'évacuation des civils et des combattants des quartiers Est d'Alep a débuté en direction d'Alep-Ouest et de la ville d'Idlib, située à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest d'Alep.

22h39 : La ville syrienne d'Idlib risque de devenir "la prochaine Alep" si aucun accord politique et aucun cessez-le-feu n'est conclu, a mis en garde aujourd'hui l'envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie Staffan de Mistura.

20h21 : Des rassemblements de solidarité avec les Syriens sont de nouveau organisés, ce soir à Paris. Les organisateurs ont prévu de se déplacer vers l'ambassade de Syrie.

(FRANCE 2)

20h19 : Il reste 50 000 civils toujours piégés dans la partie est de la ville d'Alep, selon le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault

19h01 : Un deuxième convoi a quitté, ce soir, le quartier rebelle d'Alep, annonce la télévision syrienne. Près d'un millier de personnes ont déjà été évacuées dans l'après-midi avec le premier convoi.

18h33 : Des dizaines de cars quittent les quartiers est d'Alep pour évacuer les populations. Sur la deuxième photo, les cars débarquent leurs passagers dans la ville de Al-Rashideen, qui aide les insurgés.



(OMAR SANADIK / REUTERS)




(AMMAR ABDULLAH /REUTERS)

17h47 : L'armée syrienne a filmé l'évacuation des habitants de la zone rebelle avec un drône.


(TELEVISION SYRIENNE / EVN)

17h07 : Paris réclame une nouvelle réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

16h53 : "Avec la libération d'Alep, on dira que la situation a changé, pas seulement pour la Syrie, pas seulement pour la région, mais pour tout le monde."

"L'histoire se dessine maintenant. C'est bien plus important que de simples félicitations", ajoute Bachar Al-Assad, dans une courte déclaration, évoquant un "avant" et un "après" la "libération" d'Alep.

16h51 : Dans une vidéo postée sur Facebook,Bachar Al-Assad se félicite de la victoire de ses troupes à Alep et affirme que les Syriens "écrivent l'histoire", en chassant les rebelles de la deuxième ville du pays.

15h59 : François Fillon est sorti de son silence au sujet de la situation à Alep. "On ne peut pas continuer simplement à s'indigner", dit-il, dans une déclaration écrite. Retrouvez son point de vue dans notre article.

15h44 : Voici la déclaration du président de la République, après son arrivée à Bruxelles, pour un sommet européen. "La Russie prend des engagements qu'elle ne tient pas, alors maintenant, il est temps qu'on arrive à cette trêve" humanitaire, a-t-il dit.


(FRANCE TELEVISIONS)

15h38 : Un convoi humanitaire médical doit partir de Paris aujourd'hui pour Alep. Il est composé de deux camions chargés de matériels et équipements médicaux affrétés par l'Union des organisations de secours et soins médicaux.

14h41 : "L'opération d'évacuation a concerné 951 personnes, dont plus de 200 rebelles, ainsi que 108 blessés parmi lesquels des insurgés", indique un haut responsable militaire à l'AFP, alors qu'un premier convoi a quitté le secteur de l'opposition d'Alep.

14h32 : Un millier de personnes ont été évacuées d'Alep, selon une source militaire citée par l'AFP.

14h34 : A Bruxelles, la Syrie s'invite au débat lors du sommet européen qui devait être consacré au Brexit. Le maire d'Alep-Est va s'exprimer devant les 28 chefs d'Etat européens. Les explications de Valéry Lerouge.

(FRANCE 2)

13h33 : Les premiers évacués quittent les quartiers rebelles d'Alep, selon l'AFP.

13h12 : "Je parle sans cesse à la Russie. La Russie prend des engagements qu'elle ne tient pas, alors maintenant il est temps qu'on arrive à cette trêve et à cette urgence humanitaire si nécessaire."

"Il y a un moment où il faut répondre de ses actes", explique le chef de l'Etat français, qui est à Bruxelles, avant de souligner que "l'Europe doit faire entendre sa voix".

13h13 : Le président du conseil local d'Alep-Est sera reçu aujourd'hui par le Conseil européen à la demande de la France, annonce François Hollande.Brita Hagi Hassan sera reçu par les 28 chefs d'Etat et de gouvernement "dans quelques minutes, pour qu'il donne son témoignage, pour qu'il en appelle à la solidarité internationale", vient de déclarer le président français.

12h55 : "Si on veut maintenant arrêter le massacre, il n'y a que deux solutions :

– une intervention militaire que seuls les Américains peuvent conduire et qui, compte tenu de ce qu'il s'est passé en Irak, n'est sans doute pas le choix que je privilégierais ;

– l'autre solution, c'est une initiative puissante, européenne, diplomatique pour mettre autour de la table toutes les personnes qui peuvent arrêter ce conflit sans exclusive, et donc y compris ceux qui commettent des crimes aujourd'hui."


12h55 : François Fillon sort de son silence sur le sort d'Alep et publie une déclaration sur son site. Le candidat des Républicains à la présidentielle vient de rencontrer Angela Merkel et les dirigeants du Parti populaire européen à Bruxelles. Il écrit : "L'indignation est nécessaire mais elle n'a jamais sauvé une vie, et ce que j'ai dit aux dirigeants européens, c'est que nous sommes obligés de constater l'échec de la diplomatie occidentale, et singulièrement de la diplomatie européenne."

11h42 : L'évacuation d'Alep-Est de 5 000 combattants rebelles et leurs familles a débuté, selon l'agence russe Tass. L'évacuation devait s'effectuer par un "corridor" long de 21 km. Prudence sur cette information. Une journaliste de Reuters présente sur place, toutefois, a vu une vingtaine d'autocars de couleur verte arriver dans la dernière enclave tenue par les rebelles.

11h27 : Paris, Istanbul, Berlin, Amman... Des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs villes du monde, ces deux derniers jours, en soutien aux habitants d'Alep.

MARIE-VIOLETTE BERNARD / FRANCEINFO

10h55 : Plusieurs rassemblements de solidarité avec les Syriens sont de nouveau organisés à Paris. Sur le parvis de l'Hôtel de Ville, le "People's Convoy", un convoi humanitaire médical exceptionnel, partira symboliquement pour Alep à 15 heures. Le convoi est composé de deux camions chargés de matériel et d'équipements médicaux, affrétés par l'Union des organisations de secours et soins médicaux.

08h46 : "Je souhaite que François Fillon s'exprime. A mon retour de Turquie [je l'ai rencontré], il est comme nous consterné par la situation humanitaire là-bas (...). Le plus vite il s'exprimera sur ce sujet, le mieux ça sera."

Le député Hervé Mariton (LR) est l'invité de franceinfo. Il demande à François Fillon de s'exprimer sur la situation à Alep, alors que la proximité du candidat à la présidentielle avec Vladimir Poutine est souvent évoquée.

08h14 : Un premier convoi de blessés a démarré dans les quartiers Est d'Alep pour rejoindre les quartiers Ouest, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme. "Le premier contingent concerne les blessés et les civils", avait indiqué un responsable rebelle à l'AFP, précisant que les rebelles "viendront après le premier ou le deuxième contingent".

07h41 : The mayor of east #Aleppo will be in front of the #EuropeanCouncil in Brussels this morning. Here is his message to the Council president:


07h41 : "Je ne vous demande pas de sauver nos petites rues, nos marchés, nos murs. Il sont partis.
Je ne vous demande pas de sauver les âmes des morts. Elles sont parties.
Je ne vous demande pas de sauver la liberté. Elle est partie.
Je demande davantage.
Je vous demande de sauver ce qui reste de nos vies, nos femmes et nos enfants, en ouvrant un corridor."

Le président du comité civil d'Alep, Brita Hagi Hasan, est ce matin au Conseil européen à Bruxelles. Voici son message adressé en amont.

07h30 : "Un accord a été trouvé pour faire sortir les rebelles [d'Alep-est], les préparatifs sont en cours" pour l'évacuation, indique un haut responsable militaire syrien à l'AFP. Une initiative similaire a échoué hier.

07h15 : Face à la situation dramatique à Alep et aux atermoiements des politiques, de nombreux Français souhaitent agir, mais ne savent pas forcément comment s'y prendre. Qu'est-il possible de faire pour aider les habitants ?




ABDALRHMAN ISMAIL / REUTERS

06h36 : L'évacuation des rebelles armés d'Alep pourra commencer "dans les heures à venir", selon un responsable du Hezbollah libanais cité par Reuters. Le groupe annonce qu'un cessez-le-feu est entré en vigueur dans la ville. Pour le moment, prudence sur ces informations.

06h18 : "Pourquoi a-t-on laissé faire ?", s'interroge Libération, ce matin, en évoquant le sort des quartiers est d'Alep (Syrie). L'éditorialiste Laurent Joffrin pointe notamment la responsabilité de Barack Obama dans ce "recul planétaire de la sensibilité humaine".

Vous êtes à nouveau en ligne