DIRECT. Syrie : la France présente un projet de résolution "humanitaire" sur Alep

Des soldats devant un immeuble bombardé à Alep-Est, le 16 décembre 2016. 
Des soldats devant un immeuble bombardé à Alep-Est, le 16 décembre 2016.  (MAXPPP)

La suspension de l'opération d'évacuation fait craindre une reprise des combats pour la conquête de la dernière poche rebelle où des milliers d'habitants restent pris au piège.

Nouvelle pause des évacuations, à Alep. Alors que l'opération devait durer plusieurs jours, les forces du régime de Bachar Al-Assad ont suspendu l'opération d'évacuation de milliers de civils et combattants "car les hommes armées n'ont pas respecté les conditions de l'accord", affirme une source de sécurité syrienne, vendredi 16 décembre. La France a présenté au Conseil de sécurité des Nations unies un projet de résolution "humanitaire", demandant le déploiement d'observateurs internationaux pour superviser une reprise des évacuations. Selon l'ambassadrice américaine à l'ONU, un vote pourrait avoir lieu ce week-end sur cette résolution. 

40 000 civils toujours pris au piège. Selon l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, il reste environ 40 000 civils dans le réduit rebelle et entre 1 500 et 5 000 combattants et leurs familles. Depuis jeudi, environ 8 500 personnes, dont 3 000 combattants, ont été évacuées vers des territoires sous contrôle rebelle, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Obama condamne Assad. Lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche avant son départ à Hawaï pour passer les fêtes de fin d'année, Barack  Obama a également demandé le déploiement d'"observateurs impartiaux" dans Alep. "Assad ne peut pas gagner sa légitimité à coup de massacres", a-t-il estimé.

Ban Ki-moon exhorte à la reprise des évacuations. Le secrétaire général de l'ONU a appelé à la reprise urgente des évacuations à Alep "en toute sécurité"."Alep est désormais synonyme d'enfer", a-t-il déclaré lors de sa dernière conférence de presse au siège de l'ONU avant de quitter ses fonctions fin décembre. "J'exhorte toutes les parties et la communauté internationale à respecter l'accord de trêve et à soutenir la mise en oeuvre du processus d'évacuation", a écrit de son côté le président turc Erdogan dans une série de messages sur son compte Twitter.

21h39 : C'est un mea culpa. Barack Obama dit avoir une responsabilité dans la crise syrienne. Mais le président américain affirme revendiquer ses choix.

20h59 : Le président syrien "Bachar Al-Assad ne peut pas gagner sa légitimité à coup de massacres", lance Barack Obama. #SYRIE

20h54 : Barack Obama s'exprime et déclare que le monde est "uni dans l'horreur devant l'assaut sauvage" sur Alep.

19h00 : Plusieurs centaines de Turcs ont manifesté leur colère contre le régime iranien ce vendredi à Istanbul, l'accusant d'aider Bachar Al-Assad dans les massacres d'Alep est. "Honte à l'Iran" ou "Iran sort de la Syrie" peut-on lire sur des pancartes tenues devant le consulat d'Iran à Istanbul. A Jérusalem également des dizaines d'Israéliens se sont rassemblés sur une place de la ville en soutien aux populations d'Alep-Est.

(REUTERS ET APTN)

18h26 : "J'exhorte toutes les parties et la communauté internationale à respecter l'accord de trêve et à soutenir la mise en oeuvre du processus d'évacuation."


Le président turc Recep Tayyip Erdogan appelle toutes les parties à respecter l'accord de cessez-le-feu à Alep.

17h57 : "Ils nous massacrent. Nous avons fui à travers les gravats." Voici les retrouvailles émouvantes de familles évacuées d'Alep-Est.

(REUTERS)

17h20 : Bonjour @Anonyme, bien sûr, il ne faut pas occulter le risque de manipulation ou la difficulté de recouper et vérifier l'information, mais il existe des comptes Twitter d'organisations, d'activistes ou de journalistes reconnus pour le sérieux de leur travail. En voici une liste (non exhaustive).

17h19 : Sur FB on nous indique que ce sont des journalistes et des blogueurs qui envoient les vidéos sur Alep, avez-vous pu vérifier vos dires sur les articles que vous publiez cet après midi ?

16h52 : Certains observateurs, comme Raphaël Glucksmann, voient dans le drame d'Alep "la fin du droit international". Dans cet article, avec l'aide de trois spécialistes du droit humanitaire, je vous explique les limites de cette formule choc.




(AFP)

16h41 : Un journaliste freelance raconte son évacuation manquée d'Alep-Est. Avec un millier d'autres personnes, il s'est rendu dans une zone contrôlée par le régime. Ils ont été menottés. Les miliciens leur ont pris leur argent et les ont renvoyés d'où ils venaient.

16h38 : Lina Shamy, une jeune femme qui se présente sur Twitter comme une opposante au régime, continue de tweeter de l'intérieur d'Alep. "Des milliers de civils sont toujours coincés dans la ville assiégée", dit-elle.

16h38 : Bana, la fillette dont la mère raconte sur Twitter le quotidien à Alep au milieu des combats, est apparemment toujours dans la ville assiégée. Elle appelle la communauté internationale à l'aide pour qu'elle sauve les habitants.

16h26 : Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, 8 500 personnes, dont 3 000 combattants rebelles, ont pu quitter Alep ces dernières 24 heures. Mais l'opération d'évacuation est désormais suspendue et les combats ont repris.

15h21 : Cécile Duflot, Aurélie Filippetti, Daniel Cohn-Bendit, mais aussi Laurent Binet ou Lionel Duroy... Une quarantaine d'élus et d'intellectuels lance un appel à des manifestations quotidiennes à Paris, notamment devant l'ambassade de Russie, en soutien aux habitants d'Alep-Est. Europe 1 s'en fait l'écho.

13h13 : Voici trois des articles de franceinfo qui vous intéressent le plus à la mi-journée :

• Comment les marins font-ils leurs besoins à bord de leur bateau ? La question n'est pas si triviale que ça.

• Qu'est-il possible de faire pour aider les habitants d'Alep ? Voici quelques pistes.

• La soi-disant ivresse de Nicolas Sarkozy à Moscou en 2007 peut-elle s'expliquer par un tête-à-tête virulent avec Vladimir Poutine ? Réponse dans cette vidéo.

13h08 : Le ministère russe de la Défense annonce que l'armée syrienne a pris totalement le contrôle d'Alep-Est, selon des propos rapportés par les agences russes.

13h01 : Un drone a filmé les préparatifs du premier convoi humanitaire, qui a quitté Alep-Est hier matin. L'évacuation des civils a été suspendue ce matin.

(MARIE-VIOLETTE BERNARD / FRANCEINFO)

12h55 : L'évacuation d'Alep-Est "n'est pas terminée", elle est "suspendue". La Turquie, mais aussi un général syrien, démentent la version russe. #SYRIE

12h38 : Une journaliste de Reuters présente à Alep a constaté que les forces pro-gouvernementales avaient rétabli les barrages routiers sur la route qui servait à l'évacuation.

12h38 : Le ministère russe de la Défense ajoute qu'il reste des "combattants" qui tirent sur les forces gouvernementales. L'armée syrienne poursuit ses opérations dans certains secteurs d'Alep-Est, selon Interfax.

12h48 : Un responsable rebelle, joint par Reuters, nie que l'évacuation des rebelles soit terminée. Il assure que les combattants ont choisi de rester dans leur dernier réduit d'Alep-Est, jusqu'à ce que tous les civils soient partis.

12h36 : D'après le ministère russe de la Défense, cité par Interfax, 9 500 personnes ont été évacuées, dont 4 500 combattants et 337 blessés, et il ne reste plus aucune femme ou enfant dans le secteur contrôlé par les insurgés.

12h35 : Le ministère russe de la Défense considère que l'évacuation des rebelles d'Alep-Est et de leurs familles a été menée à bien, selon l'agence de presse russe Ria, citée par Reuters. La suspension de l'opération a été annoncée un peu plus tôt en raison de divers incidents.

12h32 : Voici quelques photos de l'évacuation d'Alep-Est, prises par un photographe de l'AFP ce matin.








(AFP)

12h27 : L'armée russe annonce que l'évacuation des rebelles et de leurs familles d'Alep-Est est terminée. #SYRIE

12h13 : Un peu plus tôt, un journaliste de Reuters à Alep signalait des explosions sur le site d'où partaient les bus chargés d'évacuer les derniers quartiers d'Alep-Est.

12h12 : La Russie poursuit ses opérations militaires dans Alep-Est, annonce l'armée syrienne selon l'agence Interfax, citée par Reuters.

11h30 : Un responsable du Comité international de la Croix-Rouge confirme à son tour l'arrêt de l'évacuation des civils depuis les quartiers d'Alep-Est. "Malheureusement, l'opération a été suspendue, déplore Robert Mardini. Nous réclamons aux parties d'œuvrer pour son redémarrage et son déroulement dans de bonnes conditions."

10h45 : "Les convois ne comportaient que des civils, des blessés ou des malades. Il est évident que dans ce genre de convois, il n'y a jamais d'hommes armés (...). Il faut qu'on mette à profit ce temps de trêve pour commencer à acheminer une deuxième vague d'évacuation."

Frédéric Joli, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge, estime que 3 000 civils et 40 blessés ont été évacués d'Alep-Est, au micro de franceinfo. L'évacuation a été suspendue peu après son début, aujourd'hui, sur décision des forces du régime.





AFP

08h34 : "Il est temps de passer à une résolution politique du conflit syrien", a déclaré Valdimir Poutine, lors d'une visite au Japon. En plus des discussions de Genève, la Russie va entamer des discussions avec la Turquie à Astana (Kazakhstan). "La prochaine étape sera un cessez-le-feu sur l'ensemble du territoire", ajoute le président russe.

08h32 : L'association UOSSM souhaite aider la population d'Alep. Un convoi humanitaire de 20 tonnes de médicaments est parti hier de Paris, à destination de la Syrie. Mais tout ce matériel n'est "qu'une goutte d'eau", reconnaît Chadi Homedan, le responsable des convois au sein de l'association. Reportage.




UOSSM

07h56 : "Il faut sortir de la logique de la guerre totale (...). II faut négocier avec les représentants du régime en place pour une sortie du conflit (...). il y a urgence à faire la paix."

Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères, exclut toutefois tout avenir de Bachar Al-Assad à la tête du pays.

08h08 : "Nous proposons des observateurs des Nations-unies pour surveiller la sortie de la population d'Alep. Ils doivent éviter les massacres, les règlements de compte (...). Je ne peux pas imaginer qu'au moment où la population civile veut sortir, on empêche l'aide humanitaire d'arriver. "

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, réitère sa demande, sur RTL. Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit aujourd'hui.

08h00 : L'évacuation des civils et des rebelles de l'est d'Alep se poursuit ce matin, selon le ministère de la Défense russe cité par l'agence Ria. Plus de 6 400 personnes, dont 3 000 rebelles, ont été évacuées au cours des dernières 24 heures, avance Moscou.

Vous êtes à nouveau en ligne