DIRECT. Syrie : les combats ont repris à Alep après le report de l'évacuation des civils et des insurgés

Des habitants fuient les quartiers d\'Alep-Est, où sont entrées les forces pro-gouvernementales, le 13 décembre 2016.
Des habitants fuient les quartiers d'Alep-Est, où sont entrées les forces pro-gouvernementales, le 13 décembre 2016. (ABDALRHMAN ISMAIL / REUTERS)

Les départs des civils et des rebelles devaient commencer ce matin, à 4 heures (en France), mais pour l'instant, ils se font attendre. 

Alep-Est va-t-elle être évacuée ? Les rebelles et les civils qui le souhaitent attendent de partir de la deuxième ville de Syrie, mercredi 14 décembre, au lendemain d'un accord conclu sous la houlette de la Russie et de la Turquie. Les évacuations, qui devaient commencer à 5 heures (soit 4 heures en France), n'ont pas pu débuter et les deux camps se sont mutuellement accusés d'avoir violé le cessez-le-feu. L'armée russe annonce que les forces syriennes ont repris les combats dans Alep.

L'accord trouvé mardi déjà suspendu. Les rebelles ont annoncé mercredi la suspension de l'accord d'évacuation annoncé la veille par ces combattants opposés à Bachar Al-Assad. Il avait pourtant été confirmé par la Russie et la Turquie, parrains respectifs du régime et de l'opposition, après le tollé international suscité par les atrocités qui auraient été commises contre les civils dans les quartiers repris par l'armée. Le département d'Etat américain a précisé que Washington n'avait pas été consulté par Ankara et Moscou. 

Des milliers de personnes coincées. "Alep est dans une situation d'urgence absolue : environ 100 000 personnes sont encore piégées sur un territoire de cinq km2", fait savoir la présidente de Médecins du Monde, Françoise Sivignon, appelant à sauver les civils de cet "enfer". Plus de 130 000 civils ont déjà fui les quartiers Est, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Paris souligne "l'urgence humanitaire" dans laquelle se trouvent les "populations prises au piège à Alep". François Hollande s'est prononcé en faveur d'une évacuation des populations, "sous le contrôle d'observateurs internationaux et avec la présence des organisations humanitaires", a déclaré l'Elysée dans un communiqué, mercredi 14 décembre.

 Des groupes rebelles bloqueraient les civils à Alep-est et s'en serviraient comme boucliers humains, selon la Commission d'enquête sur la Syrie de l'ONU. Dans un communiqué, elle déclare avoir "reçu des allégations à propos de groupes de l'opposition, dont le groupe terroriste Fateh al-Cham et Ahrar al-Cham, qui empêcheraient des civils de partir, et à propos de combattants de l'opposition qui se mêleraient à la population, augmentant ainsi le risque pour les civils d'être tués ou blessés".

00h00 : Merci d'avoir partage ma publication. Beacoup d'emotion face a cette tragedie. Stand with Aleppo, Dam Square Amsterdam

23h40 : L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) évoque de son côté une poursuite des hostilités dans la ville, où des milliers de civils attendent toujours de pouvoir être évacués.

23h38 : L'hypothèse d'une trêve à Alep s'éloigne déjà. Le régime syrien et son allié, le Hezbollah libanais, démentent avoir trouvé un accord avec les rebelles, comme l'avaient annoncé ces derniers il y a environ deux heures.

23h01 : Tout à l'heure, Jean-Marc Ayrault a haussé le ton contre la Russie, en accusant ce soutien au régime de Bachar Al-Assad de "s'enfermer dans une stratégie à l'Afghanistan". Voici sa prise de parole devant les députés :




(FRANCE 3)

22h37 : Aussi a Amsterdam

22h37 : Bonsoir cher @Ragman. Dans les commentaires, @anonyme nous montre que les Français ne sont pas les seuls à manifester en soutien des civils d'Alep. Un rassemblement semble aussi avoir lieu à Amsterdam.

22h37 : La France est-il réellement le seul pays à se "mobiliser" pour soutenir les Syriens et pour dénoncer les dérives du confilt?

22h04 : Nous vous le disions tout à l'heure : une manifestation s'est tenue à Paris pour soutenir les habitants d'Alep assiégés. Voici les images.


21h51 : Un nouvel accord de cessez-le-feu aurait été trouvé à Alep. Un responsable rebelle affirme, à l'agence Reuters, que l'évacuation des insurgés devrait débuter demain à partir de 5 heures. Un représentant de l'alliance militaire pro-régime confirme cette trêve, qui aurait été conclue en contrepartie de l'évacuation de deux villages tenus par les rebelles. Rappelons cependant que le cessez-le-feu annoncé hier n'a pas tenu 24 heures.

21h35 : Vous voulez suivre la situation à Alep en direct sur les réseaux sociaux ? Franceinfo vous a concocté une liste (non exhaustive) des comptes twitter pour s'informer en temps réel. Ils sont journalistes mais aussi activistes ou simples habitants et postent quotidiennement des messages ou des vidéos.




(ABDALRHMAN ISMAIL / REUTERS)

21h23 : Comme aujourd'hui, Libération titrera demain sur la tragédie en cours à Alep. Voici la une du quotidien.

20h24 : L'agence anglo-saxonne d'information Reuters a mis la main sur des images de drone filmées au-dessus des dernières poches rebelles d'Alep. Les rues sont vides, quelques voitures roulent encore à toute vitesse. Des quartiers entiers sont recouverts de poussière.


(REUTERS)

20h08 : La tour Eiffel vient de s'éteindre pour manifester le soutien de Paris aux habitants d'Alep. Le Washington Post a filmé le moment.

(FACEBOOK)

20h03 : "Syriens restez debout, le monde est fier de vous !" Plusieurs centaines de personnes se rassemblent en ce moment à Paris pour protester contre les atrocités commises ces derniers jours, lors du siège d'Alep par le régime syrien. Plusieurs internautes postent des photos.

18h27 : Près d'un mois après le début de son offensive contre les rebelles, les forces pro-Assad sont sur le point de reprendre le contrôle d'Alep. La chute de la deuxième ville du pays aura trois conséquences.

Des troupes pro-gouvernementales à Alep, en Syrie, le 2 décembre 2016.

(GEORGE OURFALIAN / AFP)

15h57 : "Laisser penser qu'il suffirait que le président de la République aille à Alep, comme ça, pour que les choses soient réglées, sans même penser un seul instant à la capacité qu'on a à pouvoir entrer en Syrie aujourd'hui, tout cela n'est pas sérieux."

Pour le porte-parole du gouvernement, on ne peut faire de parallèle avec la visite de François Mitterrand dans Sarajevo en guerre, en 1992.

15h06 : Près d'un millier de personnes, évacuées dans la nuit d'Alep-Est après la conclusion d'un accord de cessez-le-feu, sont retenues à un point de passage tenu par une milice iranienne aux abords de la ville, selon l'agence de presse turque Anatolie, qui cite le directeur du Croissant-Rouge turc.

14h01 : La situation humanitaire à Alep a provoqué la colère de l'ambassadrice américaine à l'ONU, hier soir. "Etes-vous vraiment incapables de remords ? N'y a-t-il absolument rien qui puisse vous faire honte ?", a lancé Samantha Power aux dignitaires russes, pendant une réunion du Conseil de sécurité.

(MARIE-VIOLETTE BERNARD / FRANCEINFO)

13h37 : Un œil fermé qui pleure une larme de sang et dont la forme dessine le mot Alep en arabe. Voici le dessin sobre et poignant de l'artiste syro-palestinien Hani Abbas. Un de plus pour dénoncer la tragédie.

13h31 : Voici trois informations qui vous passionnent en ce début d'après-midi :

• Un an après les attentats du 13-Novembre, la mère de Bilal Hadfi, l'un des kamikazes du Stade de France, se confie. Elle explique combien elle se sent coupable.

• Raphaël Glucksmann s'indigne de la situation à Alep en Syrie, ainsi que du manque de sanction à l'encontre de Bachar Al-Assad et Vladimir Poutine.

• Punaises de lit, rats et "discipline brutale" : la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté publie un rapport qui accable la prison de Fresnes.

12h41 : En pleine crise à Alep, le "Mannequin Challenge" de la délégation française à l'ONU est critiqué par les internautes. Contacté par franceinfo, un membre de la délégation déplore une polémique inutile et "un amalgame complet".

12h34 : Bonjour @anonyme, les milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) ont gagné du terrain dans Alep à la faveur des avancées des forces pro-Assad. Elles contrôlaient déjà le quartier kurde de Sheikh-Maqsoud et elles ont pris position dans les secteurs environnants. Il faut dire qu'entre l'YPG et l'armée syrienne il y a une sorte de pacte de non-agression. La Croix vous en dira plus.

12h32 : Bonjour franceinfo, Alep est retombée aux mains d'Assad mais qu'en est-il de la partie kurde ?

12h21 : Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, annonce à la télévision qu'il va appeler son homologue russe, Valdimir Poutine, pour tenter de sauver la trêve à Alep.

12h17 : C'est un geste symbolique. La maire de Paris, Anne Hidalgo, annonce que la tour Eiffel sera exceptionnellement éteinte ce soir, en soutien à Alep.

12h12 : François Hollande se déclare favorable à une évacuation des civils d'Alep sous le"contrôle d'observateurs internationaux et avec la présence des organisations humanitaires", annonce l'Elysée.

11h58 : L'armée syrienne estime que le nombre de personnes souhaitant quitter Alep est de 15 000, dont 4 000 rebelles. Elle ajoute que l'accord institué hier pour permettre leur évacuation doit recevoir la validation de toutes les parties, y compris la Russie et l'Iran.

11h15 : De violents bombardements secouent actuellement Alep, avec notamment des frappes d'artillerie du régime contre la dernière poche rebelle. Un tank de l'armée loyaliste a tiré en direction de la poignée de quartiers encore tenus par les insurgés, rapporte notamment un journaliste de l'AFP, présent en secteur rebelle

10h14 : Le régime syrien a repris ses bombardements sur la dernière poche rebelle d'Alep, après une pause de plusieurs heures qui devait permettre l'évacuation de civils et de rebelles. "Il y a eu ce matin au moins 14 obus tirés par les troupes du régime sur le carré tenu par les rebelles et ce, pour la première fois depuis mardi soir", rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

09h44 : L'armée russe annonce que les forces syriennes ont repris les combats à Alep après des attaques rebelles, alors qu'un accord prévoyait un cessez-le-feu. L'évacuation des civils et des rebelles est toujours en suspens.

09h05 : "L'ONU a reconnu que les informations qu'elle possède ne sont pas confirmées. Il y a des rumeurs. La guerre qui se passe depuis six ans en Syrie est une guerre fratricide et civile. C'est une guerre atroce. (…) Toute guerre est sale. Toute guerre est atroce. La guerre en Syrie est extrêmement compliquée."

"La guerre à Alep est terminée", a déclaré sur franceinfo Artem Studennikov, premier conseiller de l'ambassade de la Fédération russe en France.

08h14 : Jean-Marc Ayrault évoque ce matin la situation à Alep. "Bachar Al-Assad n'a pas gagné : on ne gagne pas quand on massacre son peuple", estime le ministre des Affaires étrangères. Il réclame la présence d'observateurs de l'ONU, pour encadrer l'évacuation.



FRANCE 2

08h09 : Quelques images d'Alep, où des bus doivent évacuer des civils et des rebelles, en vertu d'un accord conclu hier, sous la houlette de la Syrie et de la Turquie. Toujours aucun mouvement, constatent les journalistes présents sur place, comme le correspondant de la chaîne britannique ITV.

07h52 : L'évacuation de civils et des rebelles d'Alep n'a toujours pas débuté, malgré l'accord conclu hier. Trois heures après l'heure prévue pour les premiers départs, une vingtaine de bus verts sont toujours en attente dans le quartier de Salaheddine, divisé entre régime et rebelles.

07h51 : La France demande la présence d'observateurs des Nations unies pour superviser l'évacuation des civils et des combattants d'Alep-Est, annonce le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, sur France 2.

06h56 : La défaite des rebelles à Alep-Est ne signifie pas la fin de leur révolte. Dans cette vidéo, je vous explique quels sont les principaux points de la Syrie encore tenus par l'opposition armée au régime de Bachar Al-Assad, une opposition affaiblie et morcelée.



FRANCE INFO

Vous êtes à nouveau en ligne