Frappe américaine en Syrie : "Poutine ne cèdera pas"

Vladimir Poutine, le 21 septembre 2016.
Vladimir Poutine, le 21 septembre 2016. (IVAN SEKRETAREV / POOL)

Vladimir Poutine dénonce une "agression contre un Etat souverain", après la frappe américaine menée contre une base militaire syrienne. Pour Hélène Blanc, politologue et criminologue spécialiste de la Russie "Poutine ne cédera pas" et continura à soutenir Assad.

Le président russe Vladimir Poutine dénonce une "agression contre un Etat souverain", après la frappe américaine menée dans la nuit du jeudi 6 avril au vendredi 7 avril contre une base militaire syrienne, située dans la province de Homs.

>> Frappe américaine en Syrie : suivez l'évolution en direct et les réactions 

La Russie est l'alliée du régime de Bachal al-Assad et "Poutine ne cèdera pas" affirme ce vendredi, sur franceinfo, Hélène Blanc, politologue et criminologue spécialiste de la Russie.

Selon elle, "Vladimir Poutine n'a eu de cesse de soutenir Bachar al-Assad et j'ai du mal à penser que le Kremlin va changer de position".

Vladimir Poutine ne cèdera pas 

Malgré l'attaque chimique menée mardi dans le nord-ouest de la Syrie et attribuée au régime de Bachar Al-Assad, et malgré la réponse américaine, la politologue affirme que "Poutine ne cédera pas". "Ce n'est ni dans sa culture ni dans ses habitudes. Si Trump dit 'America First', Poutine pourrait répondre 'Russia First', a déclaré Hélène Blanc sur franceinfo.

Alors que le Kremlin dénonce après la frappe américaine "une agression contre un Etat souverain", Hélène Blanc considère que "Vladimir Poutine lui-même ne s'est pas privé d'envahir l'Ukraine ou la Géorgie par le passé".

Hélène Blanc : "Vladimir Poutine n'a eu de cesse de soutenir Bachar al-Assad et j'ai du mal à penser que le Kremlin va changer de position"
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne