Frappe américaine en Syrie : "C'est un engagement ferme et puissant"

Le général Dominique Trinquand, le 7 avril 2017.
Le général Dominique Trinquand, le 7 avril 2017. (FRANCEINFO)

L'ancien chef de mission militaire auprès des Nations unies, Dominique Trinquand, note un "changement de pied" de Donald Trump suite à la frappe aérienne sur une base militaire située dans la province de Homs.

En réponse à l'attaque chimique menée mardi 4 avril dans le nord-ouest de la Syrie et attribuée au régime de Bachar Al-Assad, attaque qui a fait au moins 86 morts selon l'OSDH, les Etats-Unis ont lancé une frappe aérienne, dans la nuit du jeudi 6 avril au vendredi 7 avril, sur une base militaire située dans la province de Homs.

Avec cette frappe Donald Trump a décidé de "montrer qu'il est capable de contourner l'indécision au Conseil de sécurité de l'ONU" a déclaré le général Dominique Trinquand, ancien chef de mission militaire auprès des Nations unies, sur franceinfo vendredi.

Donald Trump prend ses distances avec la Russie

Il a aussi noté un "changement de pied" de Donald Trump : "Il était soupçonné de connivence avec les Russes, là, clairement, il marque que cette connivence n'existe pas. Les Russes bloquent le Conseil de sécurité de l'ONU donc Trump décide de montrer qu'il est capable de contourner cette indécision du Conseil de sécurité."

Par ailleurs, le général Dominique Trinquand estime que "59 missiles de croisière lancés sur une base, c'est absolument massif. C'est un engagement ferme et puissant."

Dominique Trinquand : "Il était soupçonné de connivence avec les Russes, là, clairement, il marque que cette connivence n'existe pas."
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne