Attaque chimique : le régime syrien accusé

FRANCE 2

Les symptômes constatés par les médecins présents en Syrie sont indiscutables : il y a bien eu une attaque chimique à Khan Cheikhoun dans le nord-ouest du pays. Une réunion d’urgence du conseil de sécurité de l’ONU est prévue ce mercredi 5 avril dans l’après-midi.

Dans tous les hôpitaux de la région, les victimes de l’attaque aérienne chimique de mardi 4 avril affluent. Elles souffrent presque toutes de convulsions et de graves problèmes respiratoires. Des dizaines d’enfants et d’adultes ont très probablement ingéré des produits chimiques suite à une attaque aérienne qui a tué au moins 70 personnes. "J’étais au lit quand l’aviation nous a bombardés. Je suis sorti avec mon père et j’ai commencé à avoir mal à la tête. Après je me suis endormi et je me suis réveillé à l’hôpital", raconte un petit garçon.

1 minute de silence

Le régime dément tout bombardement chimique, tandis que les Russes confirment qu’un avion du régime a bombardé la région, mais qu’il visait un entrepôt militaire, "où étaient fabriqués des produits chimiques", explique le porte-parole du ministère de la Défense russe. Cette thèse est battue en brèche par Olivier Lepick, expert en armes chimiques : "Le nombre des victimes rend irréaliste cette théorie". Ce mercredi matin, à Bruxelles, une grande partie de la communauté internationale a respecté une minute de silence en hommage aux victimes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne