Attaque chimique en Syrie : tension au Conseil de sécurité de l'ONU

FRANCE 3

Les Nations unies dénoncent les agissements de l'armée syrienne. La Russie demande la fin de l'enquête avant de se prononcer.

La ville de Khan Cheikhoun a été frappée par les bombes mardi 4 avril. Un vidéaste amateur, qui a filmé ces frappes, affirme que dans ces bombes il y avait des gaz mortels. Les premières victimes de cette attaque chimique qui a frappé le nord-ouest de la Syrie ont été soignées dans un hôpital de fortune. Ce mercredi 5 avril, la communauté internationale, hormis la Russie, s’est indignée de cette attaque qui a fait au moins 86 morts, dont 30 enfants. Le pape François s’est dit "horrifié par les récents événements en Syrie".

"Ne pas fermer les yeux"

L’ambassadrice américaine à l’ONU a brandi des photos d’enfants tués par cette attaque et a demandé combien en faudrait-il d’autres. "Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur ces images, nous ne pouvons pas nous détourner de notre responsabilité d’agir", a-t-elle affirmé. Au contraire, les Russes ont volé au secours de leur allié syrien. "L’aviation syrienne a frappé un entrepôt appartenant aux rebelles et contenant des gaz toxiques", a expliqué le porte-parole du ministère russe de la Défense, le Général Igor Konachenkov.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne