Attaque chimique en Syrie : les Etats-Unis ont frappé une base aérienne du régime de Bachar Al-Assad

Un missile Tomahawk est tiré depuis le destroyeur USS Porter de la marine américaine, en mer Méditerranée, le 7 avril 2017.
Un missile Tomahawk est tiré depuis le destroyeur USS Porter de la marine américaine, en mer Méditerranée, le 7 avril 2017. (FORD WILLIAMS / US NAVY / AFP)

Les tirs ont visé une base aérienne "associée au programme" syrien d’armes chimiques et qui serait "directement liée" à l'attaque "horrible"  à Khan Cheikhoun. 

Les Etats-Unis ont tiré une soixantaine de missiles sur la base aérienne de Shayrat, près de Homs (Syrie), dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 avril. La frappe a été menée avec "59 missiles", tirés depuis l'un des destroyers de la Navy, a précisé un responsable de la Maison Blanche. Les tirs ont visé une base aérienne "associée au programme" syrien d’armes chimiques et qui serait "directement liée" à l'attaque "horrible"  à Khan Cheikhoun. Au moins 86 civils sont morts, mardi 4 avril, dans une attaque chimique présumée dans cette ville du nord-ouest du pays, selon l'Observatoire syrien des droits de homme (OSDH).

Quatre soldats tués

"J’ai ordonné une frappe militaire sur une base aérienne de Syrie d’où a été menée l’attaque chimique" car Bachar Al-Assad "a arraché la vie à des hommes, femmes et enfants sans défense", a expliqué Donald Trump lors d'une conférence de presse à Mar-A-Lago (Floride, Etats-Unis), jeudi soir. J'appelle toutes les nations civilisées à chercher à mettre fin au massacre et au carnage en Syrie", a-t-il ajouté.

La télévision syrienne d'Etat a qualifié cette frappe d''agression", une source militaire syrienne évoquant des "pertes". Selon l'OSDH, la base de Shayrat a été "presque totalement détruite" par le bombardement américain. L'ONG indique que quatre soldats ont été tués.

Vous êtes à nouveau en ligne