Les sept tendances de l'année 2014 qu'il faut absolument enterrer

Un enfant fabrique un bracelet Rainbow Loom avec des élastiques à Munich (Allemagne), le 4 août 2014.
Un enfant fabrique un bracelet Rainbow Loom avec des élastiques à Munich (Allemagne), le 4 août 2014. (TOBIAS HASE / DPA / AFP)

On en a entendu parler, jusqu'à l'overdose. Maintenant, il faut tourner la page.

Difficile d'échapper aux remakes de Happy, le tube de Pharell Williams, ou aux bracelets Rainbow Loom en 2014. Pourtant, ce n'est pas l'envie qui manquait. Si certaines modes semblaient être une bonne idée lorsqu'elles sont apparues, elles sont souvent devenues insupportables à force d'être reprises sur tous les réseaux sociaux. Francetv info revient sur six tendances "so 2014" qu'il faut impérativement abandonner l'année prochaine.

Les défis Facebook

Le principe est simple : se filmer en train de réaliser un challenge (souvent stupide), poster la vidéo sur Facebook et nommer trois autres personnes qui doivent faire de même. Le problème avec les défis Facebook, outre le fait qu'il y en a beaucoup trop qui envahissent nos fils d'actualité, c'est qu'ils s'avèrent souvent dangereux.

 

Avaler une cuillerée de cannelle, sans eau ? Cela peut provoquer des inflammations pulmonaires, des pneumonies ou des crises d'asthme, prévient Le Figaro. Boire cul sec un verre d'alcool pour respecter les règles de la "neknomination" ? Un Irlandais en est mort, le 1er février, après s'être jeté dans un fleuve en état ébriété. Accepter le défi "A l'eau ou au resto" ? Cela a valu à un jeune de 19 ans de se noyer, alors qu'une jeune femme a succombé à une hydrocution en juin. Mieux vaut trouver une autre forme de challenge à lancer à vos amis l'année prochaine.

Les selfies mortels

La volonté de se faire remarquer sur les réseaux sociaux a décidément causé beaucoup d'accidents en 2014. Si les selfies sont à la mode depuis un moment déjà, plusieurs personnes sont mortes cette année, en tentant d'obtenir l'autoportrait le plus spectaculaire.

Un couple polonais s'est ainsi tué en tombant du haut d'une falaise, au Portugal, le 18 août. Un mois plus tôt, un Mexicain s'est accidentellement tiré une balle dans la tête en voulant poser avec un pistolet. La bonne résolution à adopter en 2015 : arrêter de mettre sa vie en danger pour une simple photo. Car, d'après Libération, le selfie est "un portrait de soi dans le monde", pas dans l'outre-tombe. 

Le "Ice Bucket Challenge"

L'année 2014 a aussi été celle des défis pour la bonne cause. Comme le "Ice Bucket Challenge", qui consiste à se vider un seau d'eau glacée sur la tête pour sensibiliser le public à la lutte contre la maladie de Charcot, ou sclérose latérale amyotrophique (ALS). De nombreuses célébrités, dont l'acteur Tom Cruise, le footballeur brésilien Neymar ou encore le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg, ont relevé le défi. Seul Barack Obama s'est défilé, promettant toutefois de faire un don à l'association, qui a récolté plus de 90 millions de dollars en 2014, d'après Le Figaro.

 

Mais le "Ice Bucket Challenge" a parfois aussi entraîné quelques mésaventures : une île écossaise a été privée d'eau pendant un week-end en août, car trop d'habitants ont pris part au défi. Le système d'alimentation en eau, trop sollicité, s'est coupé automatiquement. Il serait donc bon de trouver une autre façon, un peu plus économe en eau, de soutenir les bonnes causes l'année prochaine.

Les reprises de "Happy" de Pharell Williams

En 2013, il y avait le Harlem Shake. En 2014, il y a eu Happy. La chanson de Pharell Williams a battu des records d'écoute sur Spotify et de diffusion, sur les radios, les chaînes musicales, dans les rayons de magasin... Impossible d'y échapper.

Le pire dans l'histoire ? Pratiquement tout le monde a repris le clip de Happy cette année, se filmant en train de danser dans la rue pour crier haut et fort le bonheur de vivre. Les pensionnaires d'une maison de retraite en Moselle, des habitants de Dunkerque (Nord), même les pompiers de l'Eure ont publié leur version de la vidéo. Et comme pour le Harlem Shake, c'est vite devenu lassant.

Les bracelets Rainbow Loom

Même Kate Middleton y a cédé. La très élégante duchesse de Cambridge a été aperçue avec un bracelet Rainbow Loom, un bijou multicolore fabriqué avec des élastiques. Après avoir envahi les cours de récréation, puis conquis les adultes, ces babioles ont même fini par gagner le monde de la mode : une robe en élastiques Rainbow Loom a été vendue pour 215 000 euros sur Ebay, le 18 juillet.

Cette tendance, francetv info vous suggérait de l'abandonner dès juillet. Les raisons ? Ces bracelets ne sont pas très esthétiques, les élastiques peuvent couper la circulation des doigts chez les enfants et, surtout, on en a assez vu.

Les vidéos doublées avec Dubsmash

C'est une des derniers phénomènes de l'année 2014 : rejouer une réplique culte de cinéma en doublant sa voix avec le son de son choix, grâce à l'application Dubsmash. Plusieurs célébrités se sont prises au jeu de ces extraits vidéo, notamment l'animateur Cauet, l'actrice Adèle Exarchopoulos ou encore la chanteuse Shy'm. Et avec eux, de très nombreux utilisateurs : l'application faisait partie des plus téléchargées en France sur iTunes et Google Play, lundi 15 décembre.

 

Chef ! Oui chef ! @adeleexarchopoulos

A video posted by Jeremie Laheurte (@jlaheurte) on Dec 12, 2014 at 6:47am PST

La ferveur autour de l'application, pourrait toutefois être de courte durée, note Le Figaro. L'application Bitsrips, permettant de créer des bandes dessinées avec ses proches comme personnages, a elle aussi connu un fort succès en 2013 avant de totalement disparaître. Et à force de voir les réseaux sociaux envahis de doublages plus ou moins drôles, on en vient à souhaiter le même avenir à Dubsmash.

Les jeux 2048 et Candy Crush

Vous avez passé de longues heures à tenter de résoudre le jeu 2048 l'année dernière, sans y parvenir ? Le casse-tête mathématique a été décliné à toutes les sauces, avec des images à la place des chiffres, jusqu'à une version consacrée aux "monuments de Rouen". Perplexe ? Vous n'arriverez pas plus en 2015 qu'en 2014 à bout de 2048 : autant abandonner. Quant à ceux qui essaient de finir Candy Crush Saga, on n'en parle même pas...

Vous êtes à nouveau en ligne