Raz-de-marée conservateur en Iran

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Selon les résultats du premier tour publiés ce matin (224 sièges attribués sur 290), les législatives iraniennes ont largement reconduit les conservateurs au pouvoir. Les réformateurs, eux, disparaissent quasiment du nouveau Parlement.

C'était une victoire annoncée. Les réformateurs ayant largement boycotté le scrutin, les législatives organisées en Iran vendredi dernier se jouaient presque exclusivement entre conservateurs. 19 sièges seulement pour l'opposition réformatrice, qui avait jusqu'ici réussi à en conserver 60 dans le précédent Parlement.

L'équilibre des forces devrait rester sensiblement identique dans les jours qui viennent : seuls 63 sièges feront l'objet d'un second tour, sans doute au mois d'avril, et trois sièges restent à pourvoir.

Difficile de départager soutiens et opposants du président Ahmadinejad

La seule inconnue désormais, c'est le poids des différentes factions, et surtout l'influence respective des soutiens du président Mahmoud Ahmadinejad et de ceux du Guide suprême Ali Khamenei. Un flou dû en grande partie à l'élection de nombreux candidats "indépendants" et à la complexité des alliances politiques. À l'heure actuelle, impossible de départager le "Front uni des conservateurs", qui réunit les opposants au président iranien, et le "Front de la persistance", qui rassemble ses défenseurs. 89 candidats élus sont des indépendants. Selon l'AFP, 54 candidats élus figuraient même sur les listes des deux coalitions : impossible de savoir qui ils soutiendront.

L'organisation du Majlis est en tout cas bouleversée par ces élections : plus de la moitié du Parlement est désormais constituée de nouveaux élus.

Le premier tour des législatives avait lieu vendredi dernier en Iran. Comme annoncé par le pouvoir, il a fortement mobilisé la population : plus de 30 millions d'Iraniens (sur 48 millions d'électeurs) ont voté. Une participation particulièrement importante pour des législatives, sur fond de tensions avec Israël et le monde occidental autour du programme nucléaire iranien.

Vous êtes à nouveau en ligne