Qui est l’auteur de la fusillade d’Ottawa ?

(Michael Zehaf-Bibeau, l'auteur présumé de la fusillade d'Ottawa tué par la police © Capture d'écran Radio Canada)

L’auteur de la fusillade du Parlement d’Ottawa est un Canadien de 32 ans. Il aurait agi seul. Les services de renseignements canadiens le considéraient comme un "voyageur à haut risque" et lui avait retiré son passeport. Il se serait converti à l'islam il y a quelques années.

Michael Zehaf-Bibeau, Canadien de 32 ans, a été abattu par la police canadienne mercredi. Il est l’auteur de la fusillade du Parlement d’Ottawa. Un "terroriste ", selon le Premier ministre canadien Stephen Harper, qui a tué un soldat lors de ce que le Canada appelle un "attentat ".

Son passeport avait été retiré

Les médias canadiens racontent ce jeudi que le tireur était surveillé par les services de renseignements. Il était même considéré comme "un voyageur à haut risque " et s’était récemment fait retiré son passeport, selon le Globe and Mail qui cite des responsables canadiens. Le Canada le soupçonnait de vouloir partir faire le djihad en Syrie. Michael Zehaf-Bibeau était connu pour des affaires de drogue et de vols et inculpé pour possession d'armes en 2003. Il a été condamné plusieurs fois. Sa plus grosse peine datant de 2011 où il a écopé de deux ans de prison ferme.

 

A LIRE AUSSI  ►►► Un soldat tué, le tireur abattu : ce que l’on sait de la fusillade d’Ottawa

Il a rapidement été dit que cet homme s’était converti à l’islam radical, mais cette information n’a pas été confirmée par les autorités. Il a agi "seul ", selon le maire d’Ottawa Jim Watson. Son profil de "loup solitaire", rappelle le celui d’un autre homme qui a tué un militaire lundi dernier dans la banlieue de Montréal. Lui, c'est sûr, s’était converti à l’islam et faisait partie des 90 Canadiens soupçonnés de vouloir fomenter des attentats dans au Canada.

A LIRE AUSSI ►►► Fusillade à Ottawa : le fil de la journée 

"Instabilité mentale"

Michael Zehaf-Bibeau, de son vrai nom Michael Joseph Hall, né en 1982 était le fils d’un homme d’affaires qui aurait combattu en Lybie en 2011, et d’une adjointe du service canadien de l’Immigration. Michael Zehaf-Bibeau aurait également passé "quelque temps " en Lybie. Le Dailymail écrit qu'il a vécu dans un milieu plutôt aisé, et est allé en école privée.

Selon un ami du tireur présumé interrogé par le Globe and Mail ,  Michael Zehaf-Bibeau avait quelques problèmes psychologiques. "Un jour, nous étions en train de discuter et il m’a dit : ‘Le diable me poursuit’ ", raconte-t-il. Dans le cadre d’une arrestation pour vol, il avait subi en 2011 un examen psychiatrique qui ne le considérait pourtant pas comme "dément ". Cet ami dit qu'il a rencontré Michael Zehaf-Bibeau dans une mosquée, il y a trois ans environ. Il aurait vu le jeune homme avoir un "comportement imprévisible " qui a engendré des "frictions " avec les responsables de ce lieu de prières. Il aurait revu Michael Zehaf-Bibeau prier dans une mosquée de Vancouver il y a un mois et demi. 

  Radio Canada  a également joint un ami du tireur présumé. Michael Zehaf-Bibeau, était "un enfant extrêmement attachant ", "difficile ", un "délinquant " qui a vécu "une période de trouble ", il y a quelques années.