Quel regard porter sur les manifestations anti-Charlie Hebdo ?

(Environ 2.000 personnes ont manifesté dimanche à Karachi, au Pakistan, contre Charlie Hebdo, brûlant des drapeaux français et des effigies du président François Hollande © REUTERS/Akhtar Soomro)

La publication d'une caricature du prophète Mahomet en Une de Charlie hebdo mercredi dernier continue de provoquer des manifestations dans de nombreux endroits du monde. Après l'Algérie, le Mali ou encore le Sénégal, le week-end a été marqué par une nouvelle vague de mouvements de colère au Niger et au Pakistan. Faut-il s'en inquiéter ?

La publication d'une caricature du prophète Mahomet en Une de Charlie hebdo mercredi dernier continue de provoquer des manifestations dans de nombreux endroits du monde. Après l'Algérie, le Mali ou encore le Sénégal, le week end a été marqué par une nouvelle vague de mouvements de colère. C'est au Niger que les violences ont été les plus graves. Cinq personnes ont trouvé la mort samedi à Niamey, la capitale, cinq autres la veille à Zinder (sud-est), et des dizaines d'églises ont été brûlées.

Au Pakistan, plusieurs milliers de personnes ont défilé dans les rues. Des drapeaux français ont été brûlés et piétinés, ainsi que des effigies du président français François Hollande. Les rassemblements étaient particulièrement impressionnants dans la ville de Lahore, où plus de 5.000 personnes ont manifesté dimanche, certains appelant à l'interdiction de Charlie Hebdo et au boycott des produits français. 

"La France est toute seule aujourd'hui" (Mathieu Guidère)

Quel regard porter sur ces mouvements qui se transforment de plus en plus en manifestations anti-françaises ? Il ne faut pas les prendre à la légère en tout cas, répond Mathieu Guidère, islamologue et enseignant à l'université de Toulouse le Mirail. "Je crois qu’il faut en tenir compte. A la suite des attentats, on avait une communion internationale quasiment. Simplement, la France est toute seule aujourd’hui. Autant elle était avec elle le monde entier quand il s’agissait de terrorisme, autant dans cette publication des caricatures de Mahomet, la France est la seule à les avoir re-publiées, la France est la seule à avoir estimé que ces publications relèvent de la liberté d’expression absolue. Et donc aujourd’hui, ceux qui nous ont soutenu la semaine dernière, y compris ceux qui ont marché avec nous dans les rues de Paris, aujourd’hui ne nous soutiennent plus et même sont virulents à l’égard de cette re-publication de caricatures de Mahomet" , explique l’islamologue.

La liberté d'expression fait partie des valeurs de la France, a répété François Hollande

Face à cette colère, le président français François Hollande, tout en condamnant des comportements "intolérables", a invoqué les "valeurs " françaises, au premier rang desquelles la liberté d'expression, jugeant que la défense des libertés et de la laïcité d'expression contribuait à son rayonnement."On voit qu'il y a des tensions, des tensions à l'extérieur où les populations ne comprennent pas ce qu'est l'attachement à la liberté d'expression ", a déclaré le chef de l'Etat, en visite à Tulle, en Corrèze.

"Mais aussi, ces pays, on les a soutenus dans la lutte  contre le terrorisme, et donc je veux leur exprimer toujours ma solidarité, mais en même temps, la France elle a des principes, elle a des valeurs et ces valeurs c'est notamment la liberté d'expression ", a dit le chef de l'Etat devant la presse.

Vous êtes à nouveau en ligne