Quatre nouveaux morts français en Afghanistan : Nicolas Sarkozy évoque "un retour anticipé de l'armée française"

(Philippe Wojazer Reuters)

Le chef de l'Etat confirme la mort de quatre soldats français en Afghanistan la nuit dernière, sous les balles d'un militaire afghan. Eux n'étaient pas armés. La France suspend "toutes les opérations de formation et d'aide au combat" de ses troupes en Afghanistan. Nicolas Sarkozy pose la question de leur retour anticipé.

Ces quatre nouveaux décès portent à 82 le nombre de soldats français tués en Afghanistan depuis 2001. Déjà en décembre dernier, deux légionnaires avaient été tués par un militaire afghan formé par les troupes françaises. "L'armée française n'est pas en Afghanistan pour que les soldats afghans lui tirent dessus ", a martelé ce matin Nicolas Sarkozy, devant les diplomates venus présenter leurs voeux.

"Ils n'étaient pas armés, ils ont été proprement assassinés par un soldat afghan , a précisé Gérard Longuet, le ministre de la Défense, sur France 2. On ne sait pas pour l'instant si c'est un taliban infiltré ou si c'est quelqu'un qui a décidé cette attaque pour des décisions que nous ne maîtrisons pas ".

En réaction, le chef de l'Etat a décidé la suspension de "toutes les opérations de formation et d'aide au combat " de l'armée française en Afghanistan. Il a également annoncé l'envoi immédiat sur place du ministre de la Défense. "Si les conditions de sécurité de nos soldats, comme les conditions du recrutement des soldats afghans (...) ne sont pas clairement précisées et sécures, la France en tirera immédiatement toutes les conséquences", a affirmé Nicolas Sarkozy.

"Alors se posera la question d'un retour anticipé de l'armée française "

La France compte actuellement quelque 3.800 militaires en
Afghanistan. Leur retrait est pour l'instant prévu pour s'étaler
jusqu'en 2014
.