Visite du prince héritier d'Arabie saoudite : les Occidentaux "devraient éviter de se laisser berner" par son image de réformateur, dénonce HRW

Le prince héritier d\'Arabie saoudite accueilli le 8 avril en France par le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.
Le prince héritier d'Arabie saoudite accueilli le 8 avril en France par le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. (BANDAR AL-JALOUD / AFP)

Bénédicte Jeannerod, directrice France de l'association Human Rights Watch, demande, dimanche sur franceinfo, à Emmanuel Macron de faire pression sur Mohammed ben Salmane.

La directrice France de l'association Human Rights Watch, Bénédicte Jeannerod, a dénoncé dimanche 8 avril sur franceinfo la venue en France du prince héritier d'Arabie saoudite. Elle a estimé que les Occidentaux "devraient éviter de se laisser berner" par l'image de réformateur du prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane. Le prince est arrivé dimanche matin en France pour une visite de trois jours. Il rencontrera mardi Emmanuel Macron.

"L'Arabie saoudite est encore en tête de peloton des pays qui utilisent le plus la peine de mort, a rappelé la directrice France du HRW. Les partenaires européens et en l'occurrence la France ne devraient pas fermer les yeux sur ces graves abus au prétexte qu'ils souhaitent soutenir leur ami prétendument réformateur ", a-t-elle dénoncé. "La France devrait surtout profiter de cette visite pour appeler Mohammed ben Salmane à engager son pays sur la voie de réelles réformes", a insisté Bénédicte Jeannerod, notamment en matière d'égalité entre les femmes et les hommes.

Le HRW demande des réformes de fond

En effet, Mohammed ben Salmane a bien lancé une vague de réformes concernant les femmes saoudiennes - elles peuvent maintenant apprendre à conduire ou se rendre dans les stades de football -. Mais, "il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, parce qu'il ne s'agit pas de réformes structurelles", selon Bénédicte Jeannerod. "Si Mohammed ben Salmane voulait être le réformateur qu'il prétend être, il devrait engager des réformes de fond qui engagent réellement son pays sur la voie du progrès et de la fin de discriminations à l'égard des femmes", a-t-elle insisté.

Par ailleurs, la directrice France de l'association Human Rights Watch a pointé le rôle de l'Arabie saoudite dans la guerre au Yémen. Elle demande à Emmanuel Macron de faire pression sur Mohammed ben Salmane "pour que ce dernier mette un terme aux attaques de la coalition contre les civils yéménites"Bénédicte Jeannerod a enfin demandé à la France de "suspendre ses ventes d'armements à l'Arabie Saoudite tant que cette dernière n'a pas cessé ses attaques".

Vous êtes à nouveau en ligne