VIDEO. Yémen : les ravages de la guerre en sept chiffres

Famine, choléra, pauvreté... Franceinfo vous détaille en chiffres pourquoi la guerre au Yémen a provoqué "la pire crise humanitaire au monde". 

Depuis près de quatre ans, la guerre au Yémen, qui oppose les rebelles houthis aux forces loyalistes soutenues par une coalition internationale menée par l'Arabie saoudite, fait des ravages au sein de la population. Et la perspective d'un dénouement rapide du conflit, qui a longtemps été ignoré par la communauté internationale, semble illusoire. Pour bien comprendre l'ampleur de la catastrophe humanitaire qui se joue au Yémen, franceinfo revient en sept chiffres sur les conséquences de cette guerre. 

10 000

C'est le bilan officiel, avancé par l'ONU, du nombre de civils tués depuis 2015, sur les quelque 29 millions habitants du pays. Mais ce chiffre n'est basé que sur les décès enregistrés dans les établissements de santé, et il n'a pas vraiment évolué depuis début 2017, malgré la poursuite du conflit.

Selon les responsables humanitaires, le bilan réel serait bien plus élevé. Une étude* réalisée par une équipe de recherche indépendante établit une moyenne de 2 000 morts par semaine, soit entre 70 000 et 80 000 morts depuis le début du conflit.

3/4

C'est la part de la population au Yémen qui a besoin d'aide et de protection humanitaire, soit 22 millions de personnes. Ce qui a fait dire au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, que "le Yémen est la pire crise humanitaire au monde", lors d'une conférence des donateurs, le 3 avril 2018, à Genève.

"La plus vaste opération humanitaire est en cours", a expliqué aux membres du conseil de sécurité le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires de l'ONU, Mark Lowcock, dans une note interne consultée par l'AFP, en ajoutant que "plus de 200 partenaires apportent aide et protection" par le biais d'un plan international. Il a aussi insisté sur l'importance des dons et du développement des importations pour faire face à la crise.

60%

C'est la proportion de la population en situation d'insécurité alimentaire, selon l'ONU, soit 18 millions de personnes. Parmi elles, 8,4 millions de Yéménites ne savent pas comment ils vont obtenir leur prochain repas, selon l'ONU.

Le prix de la nourriture a plus que doublé depuis le début du conflit. Parce que la valeur du riyal, la monnaie locale, a fortement chuté et parce que le Yémen dépend à 90% des importations pour ses denrées de base. D'autre part, depuis 2015, l'économie yéménite s'est effondrée. 80% de la population vit actuellement sous le seuil de pauvreté.

1,8 million

1,8 million d'enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë au Yémen. Ce chiffre a augmenté de 90% au cours des trois dernières années. Et 400 000 de ces enfants luttent pour leur survie, selon l'UNICEF*, qui craint que 90 000 enfants supplémentaires ne souffrent à leur tour de malnutrition sévère dans les prochains mois. Au total, 50% des enfants au Yémen sont touchés par un retard de croissance provoqué par la malnutrition.

70% 

C'est la part de la population qui n'a pas accès à l'eau potable. Ce taux était de 40% avant le début du conflit. L'UNICEF a dénoncé les attaques répétées contre les systèmes d'approvisionnement d'eau, qui constituent une violation du droit international humanitaire.

Ce manque d'accès à l'eau a de dramatiques conséquences sanitaires, car 16 millions de personnes n'ont pas accès à une hygiène de base, selon l'ONU.

1/2

Moins de la moitié des établissements de santé fonctionnent encore au Yémen. Selon la Croix-Rouge*, 160 bâtiments ont été attaqués pendant les combats, et 100 ont dû fermer par manque de ressources. Dans 18% des districts yéménites, il n'y a plus aucun docteur, déplore de son côté l'OMS*. Cette crise sanitaire fait elle aussi son lot de victimes.

1,2 million 

C'est le nombre de cas de choléra détectés au Yémen depuis avril 2017, selon l'OMS. D'après l'ONU, c'est la pire épidémie de choléra au monde, et les derniers chiffres de l'OMS indiquent que sa propagation s'accélère, avec 10 000 nouveaux cas enregistrés chaque semaine. L'épidémie a déjà fait plus de 2 530 morts.

*Les liens sont en anglais.

Vous êtes à nouveau en ligne