Yémen : des miliciens chiites s'emparent du palais présidentiel

Un rebelle chiite garde une rue qui mène au palais présidentiel, à Sanaa, la capitale du Yémen, le 20 janvier 2015.
Un rebelle chiite garde une rue qui mène au palais présidentiel, à Sanaa, la capitale du Yémen, le 20 janvier 2015. (HANI MOHAMMED / AP / SIPA)

De violents affrontements ont été rapportés par des témoins à l'intérieur même du complexe présidentiel alors que, depuis lundi, les combattants de la milice chiite d'Ansaruallah renforçaient leur emprise sur la capitale.

Des miliciens chiites, appelés Houthis, ont pris possession du palais présidentiel à Sanaa, la capitale du Yémen, rapporte l'agence Associated Press (en anglais), mardi 20 janvier. Les Houthis "veulent renverser" le président, a lancé un ministre, mardi. Cependant, on ignore si le chef de l'Etat, Abd Rabo Mansour Hadi, se trouvait à l'intérieur du complexe présidentiel au moment de l'attaque.

Ambassades occidentales fermées depuis lundi

Depuis lundi, les combattants de la milice chiite d'Ansaruallah renforcent leur emprise sur la capitale. Des combats ont fait au moins 9 morts et 67 blessés, forçant plusieurs ambassades occidentales, dont celle de France, à fermer leurs portes.

Cette dernière vague de violences, la plus grave depuis quatre mois à Sanaa, a été provoquée par le refus des miliciens chiites d'entériner un projet de Constitution qui les priverait notamment d'un accès à la mer.

Vous êtes à nouveau en ligne