Tout cessez-le-feu suppose levée du blocus

Khaled Mechaal, chef du Hamas en exil, lors des discussions interpalestiniennes de la Mecque (08/02/2007)
Khaled Mechaal, chef du Hamas en exil, lors des discussions interpalestiniennes de la Mecque (08/02/2007) (© France 2)

Le Hamas n'acceptera pas un cessez-le-feu qui ne comprendrait pas la levée du blocus israélien de Gaza

Le Hamas n'acceptera pas un cessez-le-feu qui ne comprendrait pas la levée du blocus israélien de GazaLe Hamas n'acceptera pas un cessez-le-feu qui ne comprendrait pas la levée du blocus israélien de Gaza

C'est ce qu'a affirmé vendredi soir, à Damas, Khaled Mechaal, chef du bureau politique en exil du Hamas.

Des émissaires du Hamas sont attendus samedi au Caire pour donner leur réponse définitive à la proposition de cessez-le-feu de 18 mois avec Israël.

Si Khaled Mechaal n'a pas évoqué directement ces attaques, renouvelées de façon sporadique au cours des derniers jours et auxquelles l'armée israélienne réplique par des raids aériens, il a souligné que le Hamas poursuivrait sa lutte armée. "La guerre de Gaza a renforcé la confiance populaire dans la résistance comme moyen de liberation. Rien d'autre que la résistance ne nous rendra notre terre et notre Jérusalem", a-t-il dit.

Le chef du Djihad islamique, Ramadan Shallah, a pour sa part estimé lors de ce même meeting que les Palestiniens se considéraient victorieux du conflit à Gaza parce qu'Israël n'avait pas réussi à neutraliser l'arsenal des mouvements armés. "Nous avons empêché notre ennemi d'atteindre son objectif", a-t-il lancé. "Cela a été une victoire pour la volonté de vivre, un triomphe pour la liberté."