VIDEO. Chrétiens d'Irak : "Ils nous ont pris notre maison et ont écrit Etat Islamique dessus"

AP

Une famille, qui vivait depuis plusieurs génération à Mossoul, a été chassée de la ville et dépossédée de sa maison et de ses affaires par l'Etat Islamique. 

L'histoire de la famille Qreqosh Ishaq est celle de beaucoup d'autres. Chrétiens d'Irak, ils habitaient à Mossoul quand l'État Islamique (EI) a pris le contrôle de la ville le 9 juin. Chassés de la ville, ils se sont réfugiés à Arbil, capitale de la région autonome du Kurdistan, une région autonome du nord de l'Irak.

L'ultimatum de l'Etat islamique

Vendredi 18 juillet, l'organisation jihadiste a lancé un ultimatum aux familles chrétiennes : ils peuvent soit se convertir, payer un impôt ou fuir. "Nous leur proposons trois choix : l'islam, la dhimma et, s'ils refusent ces deux choix, il ne reste que le glaive", explique un communiqué de l'EI, cité par Paris Match. La "dhimma" est un impôt payé par les non-musulmans pour obtenir le droit de pratiquer leur religion tout en restant dans le califat.

Les jihadistes ont chassé la famille Qreqosh Ishaq de Mossoul et leur ont pris leur maison, leurs affaires et leur argent, explique Zaid, ce père de quatre enfants âgé de 27 ans. Son oncle de 45 ans, Ishaq Lazar Gago, explique que la famille vivait depuis de nombreuses générations à Mossoul, fief historique de la communauté chrétienne d'Irak.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a dénoncé, lundi 21 juillet, les "persécutions" des jihadistes de l'EI contre les minorités religieuses irakiennes, rappelant qu'elles pouvaient constituer des crimes contre l'humanité.

Vous êtes à nouveau en ligne