VIDEO. Syrie : un an après, quel est le bilan des frappes françaises sur les positions de l'Etat islamique ?

Les avions militaires français lâchaient leurs premières bombes sur des sites du groupe jihadiste le 27 septembre 2015. Les efforts de la coalition internationale ont contribué à faire reculer les terroristes, mais sans faire de miracles.

Quels résultats au bout d'une année ? Le 27 septembre 2015, des avions militaires français frappaient pour la première fois le groupe Etat islamique (EI) en Syrie, détruisant un de ses camps d'entrainement. Un an plus tard, les frappes menées par la France et le reste de la coalition internationale se poursuivent, en Syrie comme en Irak, et l'EI a perdu du terrain. Francetv info fait le bilan de cette opération.

Plus de 300 000 tués depuis le début du conflit

Le jour de la première frappe en Syrie, François Hollande justifiait cette offensive par trois objectifs : "Protéger notre territoire, prévenir des actions terroristes et agir en légitime défense." Un an plus tard, les frappes de la coalition ont permis d'appuyer les forces qui ont repris des positions de l'EI, comme la ville emblématique de Palmyre. 

Une épine dans le pied des jihadistes, qui n'a pas suffi pour autant à éloigner la menace qu'ils représentent pour la France. Dans sa revendication des attentats du 13 novembre, le groupe jihadiste présentait ses attaques comme une réponse aux bombardements menés par les avions français.

En Syrie, le constat reste également dramatique : la barre des 300 000 victimes du conflit a été dépassée en septembre, et une solution politique semble incertaine. En septembre 2015, François Hollande présentait la transition politique comme "une urgence". Un an plus tard, il a appelé la communauté internationale à mettre fin "rapidement" à la guerre en Syrie.

Vous êtes à nouveau en ligne