VIDEO. Lafarge aurait-il vendu du ciment à l'Etat islamique ?

COMPLÉMENT D'ENQUÊTE/FRANCE 2

Le cimentier français Lafarge, qui a conclu des arrangements avec Daech pour maintenir sa production en Syrie, est aujourd'hui poursuivi pour avoir financé une entreprise terroriste. Mais ce n'est pas tout. Comme l'explique un ancien salarié de l'usine, il est probable que Lafarge ait aussi approvisionné en ciment le groupe Etat islamique. 

En Syrie, près de l'ancienne cimenterie Lafarge, les journalistes de "Complément d'enquête" ont rencontré d'anciens salariés du groupe français aujourd'hui poursuivi pour financement d'une organisation terroriste. Ceux-ci leur ont confié des documents montrant l'existence d'arrangements avec Daech. Ce jour-là, l'un d'eux, Abu Eskandar, tient à les emmener dans un lieu symbolique de Raqqa, l'ancienne "capitale" du groupe Etat islamique.

Du ciment Lafarge dans les murs de la prison de Daech…

On l'appelle le "stade noir". Daech y mettait en scène les exécutions publiques. Plus tard, les jihadistes ont entrepris des travaux pour le transformer en pénitencier. La prison de l'Etat islamique. Il est visible que de nouveaux murs y ont été construits. Sur certains, des inscriptions témoignent encore du passage des prisonniers : c'est là qu'ils s'entassaient, en attente d’être exécutés, dans des vestiaires reconvertis en dizaines de cellules. 

… et dans ses tunnels antiaériens ?

Au plus fort des combats contre les Kurdes, les hommes de l'EI se réfugiaient dans des abris antiaériens : des tunnels renforcés avec une énorme quantité de béton – dont le ciment est l'ingrédient principal. Des tonnes de ciment pour soutenir les galeries… Abu Eskandar n'a aucun doute sur leur provenance. Comment être sûr qu'il s'agit de ciment Lafarge ? "Ecoutez, répond-il, vous avez une cimenterie juste à côté, à qui vous imposez toutes vos conditions. Pourquoi les terroristes iraient s'approvisionner ailleurs, alors qu'il leur suffisait de se servir sur place ?"

Extrait de "Complément d'enquête" du 22 mars 2018.

Vous êtes à nouveau en ligne