VIDEO. Attentats de janvier 2015 : quel a été le rôle exact d'Hayat Boumeddiene, la compagne d'Amedy Coulibaly ?

Comment une gamine du Val-de-Marne est-elle devenue un symbole de l'organisation Etat islamique ? Quel rôle Hayat Boumeddiene a-t-elle joué auprès d'Amedy Coulibaly, le preneur d'otages de l'Hyper Cacher, avant de disparaître en Syrie ? Alors que s'ouvre en son absence le procès des attentats de janvier 2015, "Complément d'enquête" revient sur le parcours de la terroriste présumée la plus recherchée de France.

Quel a été son rôle exact dans les attentats de janvier 2015 ? La terroriste présumée la plus recherchée de France après la prise d'otages de l'Hyper Cacher à la Porte de Vincennes reste introuvable à ce jour. Hayat Boumeddiene, la compagne d'Amedy Coulibaly, a-t-elle été sa complice ? Le procès qui s'est ouvert mercredi 2 septembre 2020 et où elle sera jugée par défaut devra le déterminer.

"Moteur dans le couple"

"C'est elle qui loue les véhicules qui seront utilisés par Coulibaly. C'est elle qui parvient à effectuer des escroqueries au crédit à la consommation. C'est elle encore qui achète le caméscope qui sera retrouvé dans l'Hyper Cacher, énumère Jean-Charles Brisard, président du Centre d'analyse du terrorisme. "Elle a donc participé elle aussi à ces attentats, d'une certaine manière", estime-t-il, soulignant son rôle de "moteur dans le couple".

Renvoyée devant la justice pour "financement du terrorisme" et "association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes", Hayat Boumeddiene risque trente ans de réclusion criminelle.

Avant les attentats, elle rejoint l'EI en Syrie

Après l'assaut à l'Hyper Cacher, le ministère de l'Intérieur lance un avis de recherche contre Hayat Boumeddiene, mais elle est déjà loin. Six jours avant les attentats, elle a rejoint Mehdi Belhoucine, un islamiste déjà connu des services de renseignement, à l'aéroport de Madrid. Des images reprises par tous les sites et chaînes d'infos les montrent passant les contrôles sans difficulté avant d'embarquer dans un vol pour Istanbul. Une fois en Turquie, l'épouse du futur terroriste prend un bus pour rejoindre l'organisation Etat islamique en Syrie. 

Quelques semaines après son arrivée, elle est la première femme à être interviewée dans le magazine Dar al-Islam, l'outil de communication de l'organisation terroriste, traduit en français. Quinze pages de propagande où son défunt mari est présenté comme "un exemple à suivre", un bon musulman qui ferait "honneur à Allah". Hayat, elle, est dépeinte en "veuve de martyr", le plus grand des privilèges selon leurs codes.

Un statut d'icône de l'EI qui lui vaut une protection illimitée

Que dit-elle dans cette interview ? "D'abord, qu'elle est fière de ce qu'a fait son mari. Deuxièmement, elle incite les femmes à avoir un rôle beaucoup plus actif, c'est-à-dire à soutenir les efforts de leurs maris combattants, moudjahidines, etc. A ce moment-là, elle devient un symbole très important, une icône, une égérie pour l'organisation terroriste. Et cela explique pourquoi cette femme va être protégée pendant toutes ces années par la suite."

Cette protection lui a-t-elle permis d'être exfiltrée du camp d'Al-Hol par des cellules dormantes de Daech ? Elle y était détenue par les forces kurdes après la chute de l'organisation Etat islamique à Baghouz, en mars 2019. Une évasion avec l'aide de passeurs coûterait entre 9 000 et 12 000 dollars. 

Extrait de "Hayat : la menace fantôme", un reportage de Rola Tarsissi et Julien Daguerre, à voir dans "Complément d'enquête" le 3 septembre 2020.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne