Telegram : trois relais de la propagande de Daech mis en examen

FRANCE 3

Trois hommes originaires du nord de la France ont été mis en examen et placés en détention provisoire pour avoir appelé à commettre des attentats au nom de Daech. En duplex depuis le palais de justice de Paris, le journaliste Clément Weill-Raynal nous en dit plus.

Selon les premiers éléments de l'enquête, ces trois hommes étaient de véritables relais de l'organisation État islamique. Mais comment ont-ils été repérés ? "Les trois hommes qui ont été arrêtés début décembre étaient ce qu'on appelle des relais très actifs de la propagande de Daech sur les réseaux sociaux", explique le journaliste Clément Weill-Raynal depuis le palais de justice de Paris. "Pour diffuser leurs messages, ils utilisaient l'application cryptée Telegram, et d'après les enquêteurs, deux de ces trois hommes interpellés assuraient à eux seuls près de la moitié de la propagande islamiste de Daech qui circule encore sur Telegram".

Mis en examen pour association de malfaiteurs

"Ils n'avaient pas des projets d'attentats précis, mais leur activité ne se limitait pas non plus à une simple propagande", ajoute-t-il. "Ils diffusaient des messages à la gloire de Daech, des argumentaires, des conseils, ils justifiaient les attentats et surtout constitutaient des groupes de discussion qui auraient pu, à terme, constituer autant d'embryons de cellules clandestines. Voilà pourquoi ils n'ont pas seulement été mis en examen pour apologie du terrorisme, mais également pour association de malfaiteurs", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne