Syrie : la coalition internationale tue des dizaines de civils à Manbij

Explosion due à un raid mené, selon les Forces démocratiques syriennes, par la coalition formée par les Etats-Unis à Manbij, en Syrie, le 16 juin 2016.
Explosion due à un raid mené, selon les Forces démocratiques syriennes, par la coalition formée par les Etats-Unis à Manbij, en Syrie, le 16 juin 2016. (RODI SAID / REUTERS)

Selon "Le Monde", il s'agit de la plus grosse bavure jamais commise depuis l'entrée en action de la coalition en septembre 2014.

Le bilan est élevé mais encore incertain. Au moins 56 civils, dont 11 enfants, ont été tués, lundi 18 juillet, par des frappes aériennes de la coalition formée par les Etats-Unis à Manbij, une ville du nord de la Syrie de plus de 50 000 habitants tenue par l'organisation Etat islamique, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Selon Libération, qui cite un Syrien originaire de la ville et travaillant pour un centre de documentation sur les droits de l’homme dans la région, le bilan serait d'"au moins 85 morts". Les frappes ont notamment touché une école où s'étaient installés des réfugiés syriens, précise le journal.

D'après Le Monde, il s'agit de la plus grosse bavure jamais commise par la coalition internationale contre l'Etat islamique depuis son entrée en action en Syrie en septembre 2014.

Une bataille dans le nord de la ville

Basé au Royaume-Uni, l'OSDH précise que les frappes ont visé le quartier de Hazaouneh, dans le nord de la ville, où les Forces démocratiques syriennes, une alliance de combattants kurdes et arabes appuyée par les Etats-Unis, combattent les troupes jihadistes dans les rues.

Selon l'ONG, plus de 100 civils ont été tués par la coalition dans la ville et sa banlieue depuis le lancement fin mai par les Forces démocratiques syriennes d'une offensive visant à reprendre à l'Etat islamique la dernière portion de territoire qu'il détient encore le long de la frontière turque.

Vous êtes à nouveau en ligne