DIRECT. Syrie : l'alliance arabo-kurde affirme être entrée dans Raqqa, principal bastion de l'Etat islamique

Des combattants des Forces démocratiques syriennes dans le nord de Raqqa (Syrie), le 5 février 2017.
Des combattants des Forces démocratiques syriennes dans le nord de Raqqa (Syrie), le 5 février 2017. (RODI SAID / REUTERS)

Raqqa, cité millénaire au nord de la Syrie, est la première grande ville dont s'est emparé le groupe jihadiste Etat islamique (EI) début 2013.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), formées de combattants arabes et kurdes et soutenues par Washington, affirment être entrées, mardi 6 juin, dans Raqqa, principal bastion en Syrie du groupe jihadiste Etat islamique (EI).

"Nos forces sont entrées dans le quartier de Mechleb dans l'est de la ville", a déclaré à l'AFP le commandant des FDS, Rojda Felat. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a confirmé l'entrée des FDS dans ce secteur, où elles ont pris le contrôle de plusieurs bâtiments.

Une "grande bataille". "Nous déclarons aujourd'hui le début de la grande bataille pour libérer la ville de Raqqa, la capitale (...) du terrorisme", avait déclaré mardi, le porte-parole des SDF à des journalistes dans le village de Hazima, au nord de Raqqa.

Des armes "perfectionnées". Les FDS ont reçu "des armes et des équipements perfectionnés de la coalition internationale (...) en vue du lancement de la bataille de Raqqa", avait dit la semaine dernière le porte-parole des FDS. "Les FDS encerclent déjà le nord et l'est et s'efforcent à présent de renforcer le siège à l'ouest."

Des civils comme "boucliers humains". La ville de Raqqa est peuplée d'environ 300 000 habitants, y compris quelque 80 000 déplacés ayant fui d'autres régions de la Syrie depuis la guerre. Les forces antijihadistes accusent l'EI de se servir des civils comme "boucliers humains" et de se cacher au milieu de la population.

Vous êtes à nouveau en ligne