"Si on avait laissé faire les Kurdes, la Syrie aurait été débarrassée de tous les islamistes en quelques mois" (Patrice Franceschi)

(THOMAS SAMSON / AFP)

Patrice Franceschi, écrivain, aventurier, a passé plusieurs années avec les Kurdes de Syrie. Il est "frappé par leur courage et leur détermination". "C'est un marché de dupe qui nous est proposé aujourd'hui," a-t-il déclaré ce vendredi sur franceinfo.

La Turquie poursuit l'envoi de blindés en Syrie. Grâce au soutien des rebelles, la ville de Jarabos, près de la frontière a été reprise à Daech. Les Turcs veulent aussi arrêter l'expansion kurde et sa principale milice soutenue par les Etats-Unis. Des bombardements ont eu lieu cette nuit.

"Erdogan, depuis le début de la guerre, est un soutien indéfectible des islamistes en général. Les combattants kurdes sont à la fois le meilleur allié d'un point de vue militaire que nous ayons eu dans la région, et le seul qui défend les mêmes valeurs que nous."

Si Daech a reculé en Syrie, c'est grâce aux combattants kurdes a expliqué Patrice Franceschi.

"Nous les avons aidés à poursuivre leur avancée sur le terrain. Ils sont capables de régler le problème eux-mêmes. La totalité du nord de la Syrie, si on les avait laissés faire, aurait été débarrassée en quelques mois de tous les islamistes sans exception et une démocratie s'installerait."

Pour Patrice Franceschi, écrivain, aventurier, l'action de la coalition internationale a été très efficace.

"C'est ce qui a fait le basculement d'Erdogan. Il s'est rabiboché avec les Russes, les Iraniens, les Syriens pour empêcher que les Kurdes installent dans le nord de la Syrie quelque chose qu'il déteste, une démocratie."