Selon le Bangladesh, les preneurs d'otages de Dacca étaient membres d'un groupe local et non de l'Etat islamique

L\'armée du Bangladesh dans les rues de Dacca, après l\'attaque d\'un restaurant, samedi 2 juillet 2016. 
L'armée du Bangladesh dans les rues de Dacca, après l'attaque d'un restaurant, samedi 2 juillet 2016.  (TURJOY CHOWDHURY / NURPHOTO / AFP)

Le gouvernement nie avec constance la présence de tout groupe jihadiste international au Bangladesh, en particulier l'EI. L'EI a pourtant revendiqué cette prise d'otages qui a coûté la vie à 20 otages et deux policiers. 

Les jihadistes qui ont tué 20 civils lors d'une prise d'otages dans un restaurant de Dacca appartenaient à un groupe bangladais et non à l'organisation Etat islamique (EI). C'est que'affirme, dimanche 3 juillet, le ministre de l'Intérieur du Bangladesh.

"Ils sont membres du Jamaeytul Mujahdeen Bangladesh", a dit le ministre Asaduzzaman Khan, mentionnant ce groupe jihadiste interdit depuis plus d'une décennie. Selon lui, "ils n'ont aucun lien avec l'Etat islamique". L'EI a pourtant revendiqué cette prise d'otages qui a coûté la vie à 20 otages et deux policiers et s'est terminée samedi matin après 11 heures de siège.

Le gouvernement nie toute présence de l'EI au Bangladesh

Le gouvernement nie avec constance la présence de tout groupe jihadiste international au Bangladesh, en particulier l'EI.

La police a diffusé les noms et photos de six assaillants qui ont été tués lors de la prise d'assaut par les commandos antiterroristes. Un septième, qui a été arrêté, est interrogé par les services de renseignement.

Le ministre de l'Intérieur du Bangladesh a assuré que tous les preneurs d'otages avaient fait de solides études et venaient de familles aisées. "Il s'agit de jeunes hommes très instruits qui ont fréquenté l'université. Aucun ne vient d'une madrasa" (école coranique), a dit le ministre. Prié de dire comment ils étaient devenus des jihadistes, le ministre a répondu: "C'est devenu une mode".

Vous êtes à nouveau en ligne