Cinq raisons de douter de la présence de Mickaël Dos Santos dans la vidéo de l'EI

Capture d\'écran montrant le jihadiste présenté comme étant Mickaël Dos Santos, dans une vidéo de propagande de l\'Etat islamique diffusée dimanche 16 novembre 2014.
Capture d'écran montrant le jihadiste présenté comme étant Mickaël Dos Santos, dans une vidéo de propagande de l'Etat islamique diffusée dimanche 16 novembre 2014. ( FRANCE 2)

Si le parquet de Paris a confirmé, mercredi, la présence de ce jeune Français dans la vidéo où l'otage américain Peter Kassig est exécuté, sa mère affirme ne pas reconnaître son fils et des experts émettent des doutes sur l'identité du jihadiste. 

Mickaël Dos Santos est-il l'un des jihadistes présents sur la vidéo du groupe Etat islamique publiée dimanche ? Malgré l'identification du parquet, sa mère affirme, dans un entretien sur BFMTV, jeudi 20 novembre, qu'elle ne reconnaît pas son fils sur les images de la vidéo.

Mercredi dans la journée, le parquet a confirmé des informations de France 2, affirmant affirmant que des "indices précis et concordants" prouvaient qu'il s'agissait bien de ce jeune originaire du Val-de-Marne. Mais depuis, cette identification est mise en doute par deux spécialistes français du jihadisme. Et par l'intéressé lui-même ? Retour sur ces arguments.

1Sa mère ne le reconnaît pas sur la vidéo

Selon Le Monde, mercredi, la mère et la grand-mère de Mickaël Dos Santos l'avaient "immédiatement" reconnu sur les images diffusées dans les médias. Ana Dos Santos a démenti ces informations jeudi. "Là, ce n'est pas mon fils, je ne le reconnais pas. Je l'ai dit à la DGSI [Direction générale de la sécurité intérieure] hier [mercredi] et aujourd'hui où j'ai été interviewée", indique-t-elle sur BFMTV

"[Les enquêteurs] m'ont dit : 'vous êtes sûre ?' Ils m'ont fait répéter très longtemps longtemps, très longtemps, poursuit-elle. Arrivé un moment donné, j'ai cru que j'avais un doute, et j'ai dit : 'je ne sais plus, je ne sais plus si c'est mon fils ou pas mon fils'." "Plus je le regarde, plus je me dis que ce n'est pas mon fils, ajoute-t-elle. Là, il a un visage allongé et puis un regard qui n'est pas le sien. Ce n'est pas mon fils, non, non, non, je ne le reconnais pas."

Ana Dos Santos affirme en revanche reconnaître son fils sur des photos postées sur les réseaux sociaux.

2Des questionnements sur la ressemblance physique 

Selon Libération (article abonnés), aucun logiciel de reconnaissance faciale n'a été utilisé à ce stade de l'enquête. Pour le chercheur Romain Caillet, spécialiste des mouvances jihadistes en Irak et en Syrie, la ressemblance entre le jeune homme, tel qu'on le voit sur les photos qu'il publie sur les réseaux sociaux où il est très actif, et le combattant de l'EI qui apparaît dans la vidéo, n'est pas concluante.

Pour lui, les cheveux, le nez et la couleur des yeux montrent qu'il s'agit de deux personnes différentes, même si les différences ne sont pas forcément flagrantes au premier regard.

3Une maîtrise de l'arabe trop parfaite après un an en Syrie

Dans la vidéo diffusée par l'EI, on entend l'homme présenté par le parquet comme Mickaël Dos Santos s'exprimer, dans un passage concernant l'histoire du mouvement. Mais son accent syrien est trop parfait, juge Romain Caillet, pour être celui d'un Français parti en Syrie en août 2013. S'il n'exclut pas qu'il puisse s'agir d'un montage, il estime en tout cas que la voix n'est pas celle de Mickaël Dos Santos. 

 

 

 

Un doute relatif à la maîtrise de la langue et à l'accent qui s'ajoute aux informations du journaliste de RFI David Thomson, auteur d'un ouvrage sur les jihadistes français. Il affirme que cinq sources lui confirment que l'homme en question est, en réalité, un Syrien nommé Abu Umarayn.

Une source judiciaire au parquet de Paris concède auprès de Libération que cet élément est "troublant". "Il n'y a jamais de vérité absolue. On a des indices précis et concordants, nous n'avons jamais parlé d'identification formelle". Et d'ajouter : "Si le parquet a fait un communiqué, ce n'est pas pour rien. Tout le monde ne sait pas ce qu'il y a dans le dossier."

4Une présence illogique par rapport à la stratégie de l'EI 

Instrument de la propagande du groupe Etat islamique, cette vidéo met en scène des jihadistes du monde entier, dans le but de mettre en avant le caractère universel de leur message. Une autre raison pour laquelle Romain Caillet ne croit pas à la présence de Mickaël Dos Santos. Pour lui, il ne serait pas logique de mettre en scène deux personnes d'une même nationalité (on y voit également le Normand Maxime Hauchard). Il suppose que chacun des jihadistes présents dans cette vidéo est d'une nationalité différente, afin de toucher un maximum de personnes.

 

5Un compte Twitter attribué à Mickaël Dos Santos dément

Avant même que sa présence sur la vidéo soit évoquée, Mickaël Dos Santos était connu des observateurs des réseaux jihadistes sur Twitter, où il postait sous le nom d'Abou Uthman. Son compte le plus récent, @abou_uthman_5, a été suspendu par le réseau social, mercredi. Mais jeudi, un nouveau compte, @abou_uthman_6, reprenant la même photo de profil, a fait son apparition. "J'annonce clairement que ce n'est pas moi présent dans la vidéo", écrit le supposé Mickaël Dos Santos, avant de se moquer de la France et des renseignements généraux, qu'il accuse de mentir "pour faire le buzz"

Le premier message posté par un compte Twitter se présentant comme celui du jihadiste français Mickaël Dos Santos.
Le premier message posté par un compte Twitter se présentant comme celui du jihadiste français Mickaël Dos Santos. (@ABOU_UTHMAN_6)

David Thomson affirme avoir authentifié le compte en question, qui a été suspendu depuis. Une information impossible, pour l'heure, à vérifier. 

Vous êtes à nouveau en ligne