"Pour moi, ce n'est pas un terroriste", le combat d'un père de djihadiste français

Dans le Tarn, Jacques Le Brun se bat pour faire revenir son fils djihadiste et sa famille de Syrie. L'Etat a gelé le rapatriement de tous les combattants de l'Etat islamique. Mais l'espoir d'un retour est toujours là. 

Quentin Le Brun est actuellement aux mains des Forces démocratiques syriennes. Mais avant de se rendre aux officiers kurdes fin janvier, l'ancien combattant du groupe terroriste "Etat islamique" a rencontré Paris Match. Un témoignage, avec photos, qui a bouleversé ses parents. 

Ca nous a fait pleurer avec ma femme. C'est vrai q'on ne le voyait pas. On avait que des contacts, c'est tout.

Jacques Le Brun, père de Quentin Le Brun

Quentin le Brun a rejoint les rangs de l'Etat islamique, en Syrie, en 2014. En novembre de la même année, il se rend tristement célèbre dans une vidéo de propagande où on le voit brûler son passeport français et appeler au Jihad. Ses parents, désespérés, espéraient jusqu'à ces dernières semaines son retour en France, ainsi que celui de son épouse et de ses quatre enfants.      

Pour moi, ce n'est pas un terroriste. Il s'est fait duper.

Jacques Le Brun, père de Quentin Le Brun

Mais le retour des 130 djihadistes et de leur famille détenus par les kurdes en Syrie semble désormais compromis. Sous la pression de l'opinion publique, l'Etat a gelé son programme de rapatriement. Les parents de Quentin le Brun restent plus que jamais mobilisés. 

Vous êtes à nouveau en ligne