Offensive turque en Syrie : des femmes françaises de jihadistes s'évadent des camps

FRANCEINFO

La résurgence de Daech est inévitable, selon Édouard Philippe. L'offensive turque en Syrie mobilise les soldats kurdes, laissant le champ libre aux quelque 12 000 jihadistes prisonniers et leurs familles. Des Françaises ont été exfiltrées.

Vendredi 11 octobre, des femmes de jihadistes tentent de s'échapper du camp de Al Hol, au nord de la Syrie. Dans le camp d'Ain Issa dimanche, dix Françaises avec leurs enfants auraient réussi à s'évader et rejoint Daech. "Elles sont entre les mains de Syriens qui les emmènent dans le désert et qui leur expliquent qu'ils sont l'État islamique. Est-ce qu'ils le sont vraiment, je n'en sais rien", explique Me Dosé, avocate d'épouses de jihadistes.

Le Drian bientôt en Irak

10 à 12 000 jihadistes sont retenus dans des camps souvent surpeuplés dans des conditions difficiles. Les soldats kurdes qui les gèrent pourraient abandonner leur surveillance pour aller combattre l'armée turque. En France, les autorités s'inquiètent. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian doit se rendre en Irak discuter du sort des jihadistes. Le président turc, malgré les pressions internationales, n'a pas l'intention de stopper son offensive sur les Kurdes du nord de la Syrie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne