Justice : un projet d'attentat aux assises

Ouverture à Paris ce lundi 9 avril du procès de trois jeunes hommes qui projetaient d'attaquer des militaires au fort Béar, dans les Pyrénées-Orientales, en 2015. Les précisions de Nathalie Perez, envoyée spéciale de France 3.

Le procès de trois jeunes hommes qui projetaient d'attaquer le site militaire de fort Béar (Pyrénées-Orientales) s'ouvre ce lundi 9 avril à Paris. "C'est en effet un procès en huis clos, car au moment des faits l'un des accusés, l'instigateur présumé, était âgé de 17 ans, l'autre 19 ans, et le troisième 23 ans, un militaire réformé pour raisons de santé", rapporte la journaliste Nathalie Perez depuis le Palais de Justice de Paris.

Ils encourent jusqu'à 20 ans de réclusion

"Ces trois jeunes, radicalisés, projetaient de décapiter un haut gradé militaire, de filmer cette décapitation, et de l'envoyer via internet, à un membre de Daesh avec qui ils étaient en contact", poursuit l'envoyée spéciale de France 3. Les trois jeunes ne se connaissaient pas, ils communiquaient exclusivement via les réseaux sociaux. "Selon leurs avocats, tous trois étaient en rupture avec la société au moment des faits : ils passaient près de 10 heures par jours sur leur ordinateur", précise la journaliste. Dans cette affaire, ils encourent tous une peine allant jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne