Irakien en détention pour crime de guerre : Gérard Collomb assigné en justice pour l'avoir qualifié de "cadre de Daech"

Le ministre de l\'Intérieur Gérard Collomb à la sortie du palais de l\'Elysée à Paris, le 12 juin 2018.
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb à la sortie du palais de l'Elysée à Paris, le 12 juin 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Mohamed Hamdi, l'avocat de l'Irakien Ahmed Hamdane, récemment placé en détention pour crime de guerre assigne en justice le ministre de l'Intérieur pour "atteinte à la présomption d'innocence".

"M. Gérard Collomb a affirmé, sans attendre la fin de l'instruction et sans qu'il y ait de jugement définitif, que mon client est un cadre de Daech et qu'il a commis des crimes abominables, c'est pour cela que je tiens à dire que mon client a droit au respect de la présomption d'innocence", a déclaré mercredi 20 juin sur franceinfo, maître Mohamed Hamdi, l'avocat de l'Irakien Ahmed Hamdane, récemment placé en détention pour crime de guerre.

Il assigne en justice le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb devant le Tribunal de grande instance de Paris pour "atteinte à la présomption d'innocence". "L'audience a été fixée au 6 juillet à 11h", a précisé l'avocat.

"A chaque fois qu'il y a atteinte à la présomption d'innocence, mon client m'a demandé d'assigner en justice" d'autant qu'"il y a un emballement médiatique, pour une affaire, dans laquelle le dossier est juridiquement vide", selon l'avocat d'Ahmed Hamdane.

Ahmed Hamdane nie les faits

"Mon client est poursuivi pour des faits qui sont extrêmement graves. Il a toujours nié les faits et continue à clamer son innocence", a poursuivi Me Mohamed Hamdi. Ahmed Hamdane, réfugié en France a été mis en examen le 9 mars 2018 des chefs d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste, association de malfaiteurs terroriste en vue de commettre des crimes d'atteintes aux personnes, crimes de guerre par atteinte à la vie, crimes de guerre par traitements inhumains et dégradants, crimes de guerre par l'usage de moyens et de méthodes de combats prohibés et participation à un groupement formé en vue de préparer des crimes de guerre.

L’homme, soupçonné d’être un haut cadre dirigeant présumé de Daech, a été placé en détention provisoire conformément aux réquisitions du parquet de Paris. Ahmed Hamdane est suspecté par les autorités irakiennes, qui ont d'ailleurs ouvert une procédure judiciaire à son encontre, d'avoir participé en juin 2014 au massacre de 1 700 personnes à proximité de Tikrit et d'avoir administré la région de Samarra pour le compte de Daech.

Vous êtes à nouveau en ligne