Irak : les Etats-Unis envoient des renforts à leur ambassade à Bagdad

Un drapeau américain accroché devant un bâtiment de l\'ambassade américaine à Bagdad (Irak), le 14 décembre 2011.
Un drapeau américain accroché devant un bâtiment de l'ambassade américaine à Bagdad (Irak), le 14 décembre 2011. (LUCAS JACKSON / REUTERS)

Washington s'inquiète de "l'instabilité et de la violence dans certaines parties de l'Irak" confrontées à la pousée des jihadistes.

L'Irak assure avoir "repris l'initiative" face aux insurgés, mais Washington prend ses précautions. Les Etats-Unis ont annoncé, dimanche 15 juin, l'envoi de renforts de sécurité autour de leur ambassade à Bagdad et le déplacement de certains employés vers d'autres sites, en réponse à l'avancée des jihadistes en Irak.

L'ambassade doit "continuer à fonctionner"

"Etant donné l'instabilité et la violence dans certaines parties de l'Irak, notre ambassade à Bagdad étudie les mesures de sécurité à prendre", a expliqué la porte-parole du département d'Etat américain.

Certains employés vont être déplacés vers les consulats de Bassora et d'Erbil, ou relocalisés à l'Unité de support à Amman (Jordanie). L'ambassade va cependant "continuer à fonctionner" et à soutenir les dirigeants irakiens dans leur lutte "contre des menaces imminentes".

Les forces de sécurité irakiennes contre-attaquent

Entre mardi et jeudi, les jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont pris la deuxième ville d'Irak, Mossoul, sa province Ninive (nord), Tikrit et d'autres régions de la province de Salaheddine, ainsi que des secteurs des provinces de Diyala (est) et de Kirkouk (nord).

Dimanche, ils ont pris le contrôle, selon des officiers, de la région située entre Al-Adhim et Diyala. Mais après avoir montré peu de résistance, les forces de sécurité irakiennes ont repris, samedi, deux villes et ont dimanche repoussé un assaut d'insurgés sur la ville stratégique de Tal-Afar, à 380 km au nord-ouest de Bagdad.

Vous êtes à nouveau en ligne