INFO FRANCE INTER. Un bébé de 3 ans et demi, fille d'une jihadiste française condamnée en Irak, rapatrié en France

Un enfant dans le camp de réfugiés d\'al-Hol, en Syrie, le 1er février 2017.
Un enfant dans le camp de réfugiés d'al-Hol, en Syrie, le 1er février 2017. (DELIL SOULEIMAN / AFP)

L'enfant a été rapatrié mercredi d'Irak alors que sa mère, Djamila Boutoutaou, a été condamnée à 20 ans de prison en 2018, révèle France Inter.

Une fillette de 3 ans et demi, enfant de la première jihadiste française condamnée en Irak, a été rapatriée en France mercredi 27 mars, en début d'après-midi, révèle France Inter. Jusqu'ici, la petite fille était emprisonnée en Irak avec sa mère, Djamila Boutoutaou, condamnée à 20 ans de prison en avril 2018 par la Cour pénale centrale de Bagdad.

Djamila Boutoutaou et son époux Mohammed Nassereddine étaient partis en 2016 pour la ville irakienne de Mossoul, territoire contrôlé par l'organisation Etat islamique, emmenant avec eux leurs enfants, un garçon de 4 ans et cette petite fille, âgée à l'époque de 4 mois. Le petit garçon a été tué au bout de quelques mois dans un bombardement. Le père est mort peu de temps après. 

Le frère et le père de l'enfant tués en Irak

Djamila Boutoutaou a été la première Française arrêtée en Irak. Elle avait alors 28 ans et clamait son innocence en pointant la responsabilité de son mari. En avril 2018, son procès avait duré 28 minutes et ses arguments n'avaient pas convaincu les juges irakiens. Elle avait été condamné à la peine perpétuelle pour appartenance au groupe Etat islamique.

La grand-mère de la fillette, Saïda, qui habite dans le nord de la France, demandait le retour de sa petite-fille en France. Elle avait même lancé un appel à la mi-mars à Emmanuel Macron. L'enfant va donc pouvoir "grandir en France, près de sa famille et de sa grand-mère", a réagi, soulagé, son avocat Me Martin Pradel.

Des premiers rapatriements à la mi-mars

Le 15 mars, après des semaines d'atermoiement, la France avait rapatrié cinq enfants de jihadistes "orphelins et isolés", qui se trouvaient dans le nord-est de la Syrie. Ces enfants, âgés de 1 à 5 ans, étaient les premiers à être rapatriés de Syrie. Ils vivaient jusque-là dans des familles d'accueil ou des camps, tous orphelins au moins de mère. Ils étaient rentrés à bord d'un avion de l'armée de l'air française. En tout, près de 100 enfants de jihadistes français sont rentrés dans la zone irako-syrienne depuis 2013. Dans la plupart des cas, ils sont revenus avec leurs parents, en passant par la Turquie.

En décembre 2017, les trois aînés de Mélina Boughedir, âgés de 4, 6 et 8 ans, avaient été également rapatriés. Mélina Boughedir avait été condamnée en juin 2018 à 20 ans de prison en Irak. Elle reste la seule Française emprisonnée dans une prison irakienne avec un bébé. Son dernier enfant a 2 ans.

Vous êtes à nouveau en ligne