Daech : cinq ans de terreur en Syrie et en Irak

FRANCE 3

Les djihadistes de Daech ne contrôlent plus qu’un infime territoire à Baghouz (Syrie). Retour sur les cinq dernières années de l’organisation.  

Aux yeux du monde, l’histoire du groupe État islamique commence avec des images de propagande. Des colonnes de camions militaires ornés du drapeau noir de l’organisation. C’était il y a cinq ans, le 29 juin 2014, Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de Daech, proclame un califat islamique. En clair, un pays : l’État islamique. À cheval sur la Syrie et l’Irak, le groupe terroriste est à la tête d’une zone grande comme le Royaume-Uni avec deux villes majeures : Raqqa (Syrie) et Mossoul (Irak). Fort de plusieurs milliers de combattants venus du monde entier, de route, de barrage et surtout de milliards de dollars du pétrole, le groupe État islamique est alors au summum de sa puissance. Il applique la loi islamique et multiplie les exécutions barbares.

Une zone ravagée par la guerre

Les premiers raids américains frappent Daech quelques semaines après la décapitation du journaliste James Foley, le 19 août 2014. En 2015, le groupe État islamique détruit en grande partie le site archéologique de Palmyre (Syrie). La même année, il fait 130 morts dans les attentats de Paris. Peu à peu, il recule toutefois sur le terrain. Il perd d’abord le contrôle de Mossoul, puis de Raqqa, le 16 octobre 2017. Daech a dès lors cédé la vaste majorité de son ancien territoire. Il laisse une zone ravagée par la guerre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne