Attentat à Bagdad : une réponse à l'humiliation de Daech à Falloujah

France 3

Denis Bauchard, spécialiste du Moyen-Orient à l'IFRI, analyse la portée de l'attentat de Bagdad du 1er juillet.

Le bilan s'alourdit de jour en jour dans l'attentat de Bagdad du 1er juillet. Aux dernières nouvelles, le nombre de décès s'élève à 175. Pour Denis Bauchard, conseiller spécial pour le Moyen-Orient à l'Institut Français des Relations Internationales (IFRI), "l'Etat islamique est sur la défensive en Irak, mais aussi en Syrie. Cet attentat s'inscrit dans une longue série, il y en a déjà eu quatre ou cinq au mois de mai, à Bagdad".

Une réponse à la reprise de Falloujah

Selon le spécialiste, cet attentat du 1er juillet, par son ampleur, "peut apparaître comme une réponse à l'humiliation de Falloujah". La ville, bastion de Daech depuis des mois, avait été reprise par la coalition internationale fin mai. De son côté, le gouvernement a bien du mal, d'après l'expert, à assurer une sécurité à sa population. "Elle lui fait de nombreux reproches. La vie quotidienne ne s'améliore pas, il n'y a pas d'eau potable, l'électricité ne fonctionne que quelques heures par jour". Surtout, le gouvernement peine à s'imposer et reste "soumis aux pression très forte de l'Iran".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne